Cameroun: Mort subite des sportifs - Le suivi médical à renforcer

Le déficit de suivi des athlètes continue d'entraîner des drames.

Au stade de Mfou, un drame est survenu le 9 juin dernier. James Piddy Ovidi, sociétaire du Tonnerre Kalara Club est mort en plein match de « 2-0 ». Victime d'un malaise, il s'est écroulé, selon les témoins. L'intervention d'un médecin pour réanimer le joueur de 23 ans ne suffira pas. « Sous toutes les latitudes, ce drame aurait pu survenir. La mort subite du sportif est ce sur quoi on travaille depuis des années. Il s'agit généralement d'un problème de prévention », souligne Dr Jean Louis Abena Foe. Le week-end dernier en Allemagne, on a également frôlé le pire. Au cours d'un match de la Bundesliga, un joueur a eu la vie sauve grâce à l'intervention de l'arbitre qui l'a empêché d'avaler sa langue.

C'est généralement pour prévenir ce type de décès que la visite médicale est déterminante au moment de recruter un joueur. Parmi les examens auxquels on le soumet, il y a notamment le cœur (échographie et électrocardiogramme), les poumons, la capacité à résister à, l'effort et les articulations. Tout ceci a un coût pour le porte-monnaie des responsables des clubs ou des équipes. Au Cameroun par exemple, l'échographie du cœur, pour déceler d'éventuelles malformations ou lésions pouvant entraîner une mort subite, coûte 30 000 F et l'électrocardiogramme revient à 15.000 F. Il faudrait donc en moyenne 50 000 F pour connaître l'état de santé de chaque sportif. Combien d'équipes, de clubs, toutes disciplines sportives confondues, peuvent payer cette facture pour tous leurs athlètes ? Car, en réalité, pour les problèmes cardiaques, la seule issue reste la prévention.

Toutefois, au ministère des Sports et de l'Education physique, au moment de délivrer l'agrément aux équipes, dans la liste des informations à fournir, il y a la mise à disposition d'un encadrement médical pour toutes les équipes et tous les sports. Celui-ci est sommairement composé d'un médecin, d'un kinésithérapeute et d'une infirmière. Mais en réalité, combien de clubs peuvent disposer de ce casting au quotidien ? Combien sont effectivement performants et peuvent contribuer à décanter une situation complexe au cours d'une rencontre ? Combien de clubs disposent d'une boîte à pharmacie fournie ? Certaines indiscrétions révèlent que lors de certaines compétitions internationales, l'enveloppe allouée à la commission médicale est souvent celle qui subit en premier une coupe chirurgicale.

Il y a un volet que l'on oublie souvent, alors qu'il a toute son importance. C'est bien le secourisme. Les gestes des premiers secours doivent être appris aux athlètes, au staff, aux membres de l'encadrement, notamment la position latérale de sécurité et le massage cardiaque. Ce qui contribuerait grandement à gérer sans panique les accidents dans les infrastructures sportives.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.