Cameroun: « Des dispositions sanitaires et d'intervention doivent être prises »

Dr Moïse Nguidjol, expert en médecine du sport.

Quel regard portez-vous sur l'encadrement médical dans les équipes et les clubs au Cameroun?

Ce qui se passe n'est pas dans ce domaine n'est pas bien. Lorsqu'on parle de l'encadrement des équipes par les commissions médicales, ça devient un problème très complexe au Cameroun. Nous n'avons pas une harmonie parfaite, puisque certaines équipes sont suivies par des kinésithérapeutes et d'autres par des médecins. Les équipes nationales ont des méthodologies de nomination, mais l'état des lieux est lamentable. Nous n'avons pas une unité centrale de convergence et de prise en charge automatique. Nous n'avons pas une association, ni un syndicat prompt à réagir. Il y a le Pr Ngachu qui a mis sur pied une association, on verra ce que ça va donner.

Dans ces conditions, que faut-il donc faire ?

Il faut commencer par travailler, en faisant à la base une installation typique des unités de formation sanitaire ou des unités d'élites d'intervention. Dans les stades, qu'est-ce qu'il faut comme matériel ? Pendant les entraînements, qu'est-ce qui se passe ? Est-ce qu'il y a les consultations médicales ? Qui consulte qui par rapport à quoi ? Avons-nous une unité de cardiologie, de neurologie, de médecine interne, les urgentistes, les psychomotriciens, les kinésithérapeutes ? C'est cet assemblage qui fait l'unité de la médecine de sport. Il faut savoir que pour qu'un match se joue, on doit avoir une ambulance médicalisée, avec un urgentiste, un médecin de sport, deux kinésithérapeutes. Tout en essayant de voir si on dispose d'un défibrillateur. Malheureusement, très souvent, certaines ambulances n'ont rien de tout ça.

Comment peut-on donc procéder pour limiter toutes ces tragédies dans les infrastructures sportives ou ce qui en tient lieu ?

On ne peut pas éviter certaines choses, bien qu'on puisse parer à certaines situations. Toute chose doit avoir une bonne base et dès que la base est bien tracée, le reste coule de source. Les pouvoirs publics doivent donner le nécessaire en matière d'équipements. Les fédérations doivent aussi à leur tour se battre pour disposer du nécessaire d'intervention en cas d'accidents. On devrait notamment répertorier les clubs, sensibiliser les administrateurs de ces équipes sur le rôle de chaque membre du corps médical, faire des visites systématiques, dès la base, faire des visites inopinées sans demander parce que les arrêts cardiaques peuvent intervenir sur le terrain à tout moment. Nous avons vu dans certains stades, les sportifs délaissés parce que ce n'est pas le haut niveau. Les dispositions sanitaires et d'intervention doivent être prises pour tout le monde. Tout le monde a droit à la vie.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.