Cameroun: Forum national sur la gouvernance de l'internet de l'ANTIC

La sécurisation des données au centre de la 8è édition. C'est sous le thème" gouvernance des données" que se déroule depuis ce mercredi 17 juin et ce jusqu'au jeudi 18 à Douala la huitième édition du forum sur le gouvernance de l'internet initié par l'agence nationale des technologies de l'information et de la communication (ANTIC)

Le taux de pénétration de l'internet au Cameroun est l'un des plus élevé en Afrique subsaharienne et sa courbe évolutive est de plus en plus croissante. Ceci fait du Cameroun l'un des pays les plus connecté d'Afrique.

Parti sur ce constat, l'on pourrait se satisfaire de ce bilan mais, ce serait ignorer tous les dangers liés à la consommation des TIC. Car plus il y a d'individus connectés, plus il ya de chance d'influencer ces derniers a travers ce qu'on appelle communément les "Fake news" et les "Deep fake" qui sont des techniques utilisées par des individus mal intentionnés dans le but de propager volontairement des fausses informations.

Ces données qui lorsqu'elles sont faussées se transforment en fake news doivent être encadrées. C'est tout ceci qui constitue le prétexte de cette huitième édition du forum national sur la gouvernance de l'internet . Si l'on va sur l'analyse du Pr Ebot Ebot Enaw le directeur de l'Antic qui pense que " les données sont extrêmement importante dans la prise des décisions". Il est donc judicieux que tout gouvernement soucieux de la transmission de ces données au public veille a la sécurisation des différents canaux de diffusion de ces données et connaissant le taux de connectivité du Cameroun ce pan devrait être une priorité.

En réunissant les experts en la matière ces deux jours a Douala, l'Antic souhaite examiner la politique gouvernementale sur la gouvernance des données, l'utilisation des données financières et marketing dans la prise des décisions, la collecte et l'utilisation des données dans le contexte bancaire dans un premier temps. Il sera aussi question d'examiner d'autres points tels que la protection juridique des données personnelles, la veille sécuritaire du cyberespace national et la "gourvenance intelligence dans un second temps.

Le directeur de cette institution préconise comme solution une collaboration étroite entre tous les acteurs dans le but ultime de mettre sur pied un cadre juridique adapté au contexte local en plus de celà, il faudrait selon lui "promouvoirun usage sécurisé, sain et responsable de l'internet mais aussi sensibiliser les utilisateurs sur la nécessité impérative de protéger leurs données à caractère sensible tant personnelles que publique".

Ce qui rentre en droite ligne avec les objectifs de ces différents fora sur la gouvernance de l'internet véritables plateformes d'échange entre les acteurs du secteur de l'internet ( gouvernements , le secteur privé, les organisations de la société civile et les universitaires) histoire de débattre sur un même pied d'égalité des questions de gouvernance de l'Internet qui sont rendus aujourd'hui a leur huitième édition.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.