Madagascar: Ambohipo - Flagrant délire d'un DG de ministère

La voiture de l'Etat bien garée devant un bar.

Mardi vers 18 heures, si les endroits commerciaux sont censés être fermés pour respect des mesures sanitaires, un Directeur général d'un ministère et ses acolytes débarquent dans un bar sans souci aucun. Il gare la voiture portant une plaque d'immatriculation rouge juste devant le débit de boisson. Le haut fonctionnaire, de surcroît très bien accompagné, y a passé une soirée bien arrosée. Pour un "afterwork", il n'y a rien à lui reprocher car c'est de son droit de passer la soirée avec ses amis.

Mais utiliser le véhicule de l'État pour ses parties de plaisir et se faire voir à cet endroit... ce n'est pas digne de son statut, rappelons-le, nommé sur conseil des ministres. Et puis, avec le contexte actuel de l'état d'urgence sanitaire, un tel flagrant... délire nuit rapidement à l'image de l'administration publique. C'est comme si le concerné n'était pas en mesure de comprendre que ce genre de circonstances génère une perte de confiance des citoyens envers l'administration. Il est censé être strict pour le respect des mesures sanitaires mais il a prouvé le contraire au public du bar et des riverains d'Ambohipo, témoins des faits.

Par ailleurs, les curieux n'ont pas manqué de prendre discrètement en photo l'ambiance au bistrot et la voiture de l'État devant le bar pour balancer les clichés aux médias. Après vérification, il s'agit d'un véhicule de ministère, et le responsable, l'un des directeurs généraux de ce département. Les observateurs se souviennent eux-mêmes de l'histoire d'une « plaque rouge » qui a servi de tête de cortège à un mariage. Un abus de fonction qui a coûté le siège du directeur général du Trésor.

Également, la diffusion sur les réseaux sociaux du cliché d'une voiture 4X4 de l'État faisant un dépassement abusif dans un embouteillage a été à l'origine de l'affectation d'un autre haut fonctionnaire. Pour ces deux cas, les décisions d'abrogation ou de sanctions ont été rapidement prises en conseil des ministres. Quid de ce cas à Ambohipo ?

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.