Cameroun: Interconnexion électrique Cameroun-Tchad - La Banque mondiale débloque 252,5 milliards

L'institution financière a approuvé cet appui mardi dernier, afin d'accroître l'accès à l'énergie et permettre des échanges d'électricité entre ces deux pays d'Afrique centrale.

autre pas vers sa réalisation, grâce à de l'argent frais en provenance de la Banque mondiale. En effet, le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé, le 16 juin dernier, un financement de 385 millions de dollars soit un peu plus de 252,5 milliards de F de l'Association internationale de développement en faveur de la promotion de l'interconnexion électrique régionale et du renforcement de l'approvisionnement en énergie électrique du Cameroun et du Tchad. Ce projet vise à relier les réseaux électriques du sud et du nord du Cameroun, permettre les échanges d'électricité entre le Cameroun et le Tchad et accroître l'accès à l'électricité à N'Djaména, la capitale du Tchad. Il s'agit-là d'un des douze projets prioritaires de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale, pour accélérer l'intégration régionale.

Impact du projet

Selon les données de la BM, les services d'approvisionnement en énergie du Tchad comptent parmi les moins développés du monde, tandis que le Cameroun souffre toujours de fortes disparités à cet égard entre les régions du Sud et du Nord. « Le manque d'accès à l'électricité et de fiabilité de l'alimentation, ainsi que le coût élevé de l'approvisionnement ont de multiples répercussions sur la diversification et la croissance économique des deux pays. Les collectivités ont du mal à faire fonctionner les entreprises et à générer des revenus, ce qui entrave les efforts déployés pour réduire la pauvreté », peut-on lire dans le communiqué de presse publié par la Banque au terme du conseil d'administration.

Les fonds approuvés par la BM financeront la première structure d'interconnexion haute tension d'Afrique centrale, mettant ainsi les sources d'énergie électrique propre du sud du Cameroun à la portée du nord du pays et du Tchad, et assurant ainsi à environ 8,9 millions d'habitants (6,5 millions au Cameroun et 2,4 millions au Tchad) un accès à une électricité fiable et abordable. Le projet permettra également de renforcer le réseau électrique tchadien et d'élargir l'accès à l'électricité à N'Djaména et ses environs. « Ce projet va démontrer clairement les avantages économiques de l'intégration régionale, mais il jouera aussi un rôle crucial dans l'amélioration de l'accès à l'électricité pour des populations qui comptent parmi les plus pauvres du continent, contribuant ainsi à réduire les inégalités », souligne Deborah Wetzel, directrice de l'intégration régionale pour l'Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à la BM.

Les travaux à réaliser

Le projet permettra la mise en place du premier réseau de transport d'énergie électrique régional d'Afrique centrale. C'est ainsi qu'il est prévu la construction d'une ligne principale HT 225 kV entre Ngaoundéré, Maroua (Cameroun) et Ndjamena (Tchad), d'une bretelle de ligne HT 225 kV entre Maroua (Cameroun), Bongor, Guelendeng et Ndjamena (Tchad), des Postes de transformation HT/MT associés, ainsi que des réseaux de distribution, pour l'électrification rurale, le long des couloirs de ligne. La longueur totale des lignes HT à construire est d'environ 1024 km (786 au Cameroun et 238 au Tchad), et le nombre de localités à électrifier le long de ces lignes est de 478 (409 au Cameroun et 69 au Tchad).

Avant la banque mondiale, c'est la Banque africaine de développement qui avait déjà mis des fonds à disposition pour ce projet, dont un prêt de 244,4 millions de dollars (environ 147,8 milliards de F), en faveur du Cameroun.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.