Gabon: L'entretien des infrastructures sportives désormais prévu dans la loi de finances rectificative

Les deux Coupes d'Afrique des Nations que notre pays a abritées en 2012 et 2017 a permis au Gabon d'hériter de nouvelles infrastructures sportives. A compter de ce mois de juin, elles bénéficieront d'une ligne dans le budget de l'Etat pour une prise en charge.

Depuis la dissolution en février 2019 de l'Agence Nationale de Gestion et d'Exploitation des Infrastructures Sportives et Culturelles (Anageisc), les infrastructures que gérait cette agence vont désormais être entretenues par l'Etat lui-même selon le ministre des Sports Franck Nguéma.

En effet, comme l'a déclaré le ministre en charge des Sports, « Les quatre stades de compétition et sept stades annexes ont obtenu un budget d'entretien et de maintenance dans la nouvelle Loi de finances rectificative. Nous allons pouvoir ainsi sortir de ce cycle infernal et garder nos infrastructures sportives en bon état », a-t-il expliqué, avant de rajouter que « les budgets seront débloqués après le vote par l'Assemblée nationale de la Loi de finances rectificative, au plus tard à la fin de ce mois de juin 2020 ».

Le patron du sport gabonais, a tenu également à remercier le chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba qui a usé de tout son poids pour qu'une telle décision soit prise, « Sans l'implication personnelle du président de la République, la prise de conscience des financiers publics aurait été difficile. Le chef de l'État, à qui j'avais fait un état des lieux au cours d'une audience consacrée, entre autres, à l'entretien de nos stades, avait pris la mesure de l'état de dégradation avancée de nos infrastructures sportives. Au sortir de cette rencontre, il avait décidé de nous soutenir. Ce qui est fait aujourd'hui ».

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.