Zimbabwe: Le Zimbabwe invité à payer $1 million à une société suspecte via Maurice

«A new invoice of nearly US$1 million - to be paid into an account in the African tax haven of Mauritius." Nous sommes encore qualifiés de paradis fiscal dans la presse étrangère. Dans ce cas, il s'agit d'une enquête pour blanchiment d'argent ouverte par les autorités hongroises après qu'une société d'à peine deux semaines ait reçu un énorme paiement de $2 millions du gouvernement zimbabwéen. C'est ce que rapporte ZimLive, le 13 juin.

Quand les payements ont été référés à Interpol, la société s'est envolée pour Dubaï où elle a ouvert une nouvelle branche et envoyé une nouvelle facture au Zimbabwe, d'environ $1 million (Rs 40 millions), à payer sur un compte à Maurice.

D'après le journal, ces paiements remontent au président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa. Le gouvernement a acheté des équipements de protection contre le Covid-19 et des tests à des prix exagérés à des entreprises liées à sa famille. Dans un pays déjà très pauvre.

"Two of those companies we investigated - Drax Consult SAGL, also sometimes known as Drax International, and Namibia-registered Jaji Investments - are not registered with the Procurement Regulatory Authority of Zimbabwe (PRAZ), a legal requirement for all companies supplying the government. We have obtained documents from Interpol and Zimbabwean police which confirm that the transactions are being investigated as a possible "crime", écrit ZimLive qui a enquêté sur ce dossier.

Une branche de Drax Consult SAGL a été enregistrée le 20 février en Hongrie et, à peine deux semaines après, le 5 mars, son compte bancaire était crédité de $2 millions ! Ce pour un dépôt pour des achats de médicaments et équipements médicaux. D'où l'entrée en scène des autorités hongroises.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.