Maroc: Une visioconférence initiée par l'UNESCO et Visa For Music

Quels impacts de la crise sanitaire sur la musique ?

Une visioconférence maghrébine se tiendra aujourd'hui, sous le thème "La musique en résilience, entre le live et le digital" au temps du Covid-19, et ce à l'initiative de "ResiliArt", un mouvement relevant de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), et le festival Visa For Music.

Selon les organisateurs, la séance d'ouverture de cette conférence, organisée en partenariat avec la fondation "Hiba", sera consacrée à la discussion de la thématique "quelle place pour la culture dans la relance post Covid-19 ?", avec la participation du ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, M. Othman El Firdaouss et la directrice du bureau de l'UNESCO pour le Maghreb Mme Golda El-Khoury.

Le programme de cette conférence, qui débutera à 10h00, comprend une séance matinale consacrée à la thématique "quels impacts de la crise du Covid-19 sur la musique ?" et deux panels qui examineront "comment impulser la création musicale après la crise?" et "la musique à l'ère du numérique".

Le programme sera également marqué par l'intervention de plusieurs artistes, hommes de médias et spécialistes dans la gestion artistique marocains, mauritaniens, algériens et tunisiens, notamment Ghita Khaldi, présidente de l'Association Afrikayna Maroc, Younes Boumehdi, PDG de Hit Radio Maroc et Brahim El Mazned, directeur et fondateur de Visa For Music.

Prendront également part à cette conférence, Mourad Sakli, ancien ministre tunisien de la culture, l'artiste mauritanienne, Malouma Mint El Meidah, l'artiste marocain Fayçal Azizi, l'artiste tunisienne Emel Mathlouthi et le directeur du festival international de Carthage Imed Alibi.

Le festival Visa for Music est la première plateforme artistique pour la musique africaine et moyen-orientale. Il se veut un marché international incontournable des musiques du monde et des musiques actuelles, ambitionne de promouvoir les sons africains et orientaux à travers le monde, d'encourager la mobilité artistique entre les pays africains et ceux du Moyen-Orient, ainsi que de développer leurs scènes musicales à l'international. Selon ses organisateurs, il y a également une réelle volonté de contribuer à l'amélioration de la condition des artistes du Sud et de renforcer les rapports Nord-Sud et Sud-Sud dans le domaine culturel et artistique.

Chaque année, Visa For Music réunit plus de 2.000 artistes, professionnels et journalistes venus du monde entier. Le festival peut se targuer d'avoir permis à des artistes nationaux et internationaux de se faire connaître et de se produire sur des scènes dans les quatre coins du monde. Né du paradoxe du formidable dynamisme de la création artistique en Afrique et au Moyen-Orient d'un côté, mais de l'absence de visibilités de ses artistes de l'autre, Visa For Music s'est donné comme mission de leur offrir une tribune d'expression

Lancée par l'UNESCO, "ResiliArt" s'assigne, quant à elle, pour objectif de mettre en avant la situation actuelle des industries créatives au temps du Covid-19 et sensibiliser à l'impact important de cette pandémie sur le secteur de la culture et du soutien des artistes.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.