Cameroun: Hamad Kalkaba Malboum, président du CNOSC - « Nous allons organiser des tests pour les sportifs »

interview

Dans ce contexte marqué par le Covid-19, le Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) respecte la tradition qu'est la célébration de la semaine olympique. Sur quoi mettrez-vous l'accent cette année ?

Tous les ans, nous célébrons au Cameroun la semaine olympique dont l'apothéose est prévue le 23 juin. C'est le jour anniversaire de la création du Comité international olympique par le baron Pierre de Coubertin en 1894. Cette année, c'est une célébration particulière parce que l'activité sportive est à l'arrêt.

Mais, le sport ne se pratique pas uniquement sur les aires de jeu. Le sport a aussi un volet théorique et les valeurs que nous devons propager auprès de la jeunesse qui pratique le sport, auprès du public pour que les valeurs olympiques puissent éduquer tous ceux qui s'intéressent à la chose sportive. Nous allons donc mettre en place une stratégie de communication, sur un certain nombre de sujets.

Nous adresserons des messages aux sportifs pour qu'ils respectent les mesures prises par le gouvernement pour protéger le citoyen camerounais de cette pandémie. Nous allons également expliquer un certain nombre de mesures prises par le mouvement olympique au niveau international, au niveau africain et national.

L'activité sportive a repris dans certains pays et on a vu la batterie de dispositions sanitaires. Qu'est-ce qui est envisagé au Cameroun en cas de reprise ?

Nous ne vivons pas en vase clos. Nous regardons ce qui se passe chez les autres. C'est dans ce contexte que j'ai constitué un groupe de réflexion avec les fédérations les plus importantes (football, volley-ball, le golf dont le président est médecin), les icônes comme Roger Milla, Françoise Mbango et les autres dirigeants du CNOSC.

Nous allons mettre sur pied une structure qui regardera de près ce qui se passe chez les autres et comment nous pouvons en nous inspirer afin de mettre nos athlètes dans des conditions idoines pour affronter leurs différents adversaires.

Jusqu'ici, le Cameroun va organiser le Championnat d'Afrique des nations de football et la Coupe d'Afrique des nations de football, il ne faudrait pas que nos sportifs dorment et qu'au moment où les choses sérieuses vont commencer, qu'ils ne soient pas à même de tenir l'effort physique que nécessite la compétition.

Donc, nous sommes conscients de cela, et nous sommes en parfaite accord avec le ministre des Sports pour que nous commencions à mettre en place des espaces où nos sportifs peuvent travailler leur condition physique.

Quel appel lancez-vous à l'endroit des sportifs camerounais ?

Je demande aux sportifs camerounais d'être disciplinés. Pour cela, ils doivent respecter les mesures barrières édictées par les organisations internationales et le gouvernement du Cameroun pour les protéger.

Il faut d'abord qu'ils acceptent cela. Ensuite, nous allons organiser avec le concours des pouvoirs publics, des tests pour les sportifs qui vont entrer en compétition afin d'être sûr qu'ils ne contamineront pas leurs adversaires. L'exigence est la même dans les autres pays.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.