Ile Maurice: Licenciés, vous aurez 90 % de votre salaire pendant six mois mais Rs 18 500 au maximum

Il le maintient. «Des mesures fortes sont prises pour éviter les licenciements et plusieurs cas ont même été rejetés par le Redundancy Board, car ne tenant pas la route», déclare le ministre du Travail, Soodesh Callichurn.

Si à ce jour, un peu plus de 1 000 plaintes d'employés licenciés ont été enregistrées, les amendements faits aux lois du travail, à travers le Finance Bill, viennent renforcer la protection des travailleurs face au licenciement, affirme le ministre. «Il y a des changements au 'Transitional Unemployment Benefit (TUB), qui concerne ceux qui ont plus de six mois de service dans une entreprise et qui perdent leurs emplois.»

Avant les changements à la loi, si une personne ayant plus de six mois de service perd son emploi, elle a droit à 90 % de son salaire pendant trois mois, 60 % de son salaire pendant les quatre mois suivants et 30 % de son salaire pour les mois restants, le tout couvrant une année.

Maintenant, avec les amendements, ceux ayant plus de six mois de service et qui perdent leurs jobs auront droit à 90 % de leur salaire pendant six mois et ensuite 60 % de leur salaire pendant les six mois restants, couvrant une année.

Maximum de Rs 18 500

«Cette mesure couvre un maximum de Rs 18 500. À titre d'exemple, un employé touchant Rs 15 000 mensuellement a droit à Rs 13 500 pendant six mois», explique Soodesh Callichurn.

Quid de l'allocation de Rs 5 100 pendant six mois à ceux qui perdent leur emploi ? Cela concerne ces employés qui comptent moins de six mois de service dans une entreprise et qui perdent leurs emplois. «Il ne faut pas oublier que le Wage Assistance Scheme est toujours disponible pour aider les secteurs qui n'ont pas encore repris, comme le tourisme. Pour les self-employed, il y a des critères à respecter pour recevoir l'aide de l'État.»

Avec les plaintes de licenciements pour raisons économiques qui augmentent, comment un employé peut-il donc se sentir protéger ? «Pour commencer, toutes les entreprises, qui ont bénéficié de l'aide de l'État à travers le Wage Assistance Scheme, la Mauritius investment Corporation ou la State Investment Corporation, entre autres, ne peuvent tout simplement pas licencier un employé. Avant d'envoyer un cas devant le Redundancy Board, l'employeur doit avoir recours à ces aides de l'État au préalable et si malgré cela, l'entreprise, avec preuve à l'appui, ne peut toujours pas payer ses employés, le cas est alors pris en compte par le board», précise Soodesh Callichurn.

En attendant, les employés doivent être au courant de leurs droits, en cas de licenciements validés. Ils doivent bénéficier de 15 jours de salaire par année de service, les congés payés doivent être remboursés et le bonus de fin d'année accordé au prorata. «Il ne faut pas oublier le Gratuity on Retirement. En d'autres mots, si l'employé n'est pas proche de la retraite, l'employeur doit payer 15 jours du salaire par année de service à la MRA.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.