Libye: La Turquie accuse la France de «mettre en danger la sécurité de l'Otan»

Des garçons marchent la vieille ville de Benghazi en Libye.

Le porte-parole de Recep Tayyip Erdogan a accusé ce samedi le gouvernement français de « soutenir un chef de guerre illégitime », en la personne du maréchal Khalifa Haftar, tandis qu'Ankara s'affiche comme le principal allié du gouvernement de Tripoli.

Alors que certains Etats - l'Egypte, les Emirats arabes unis, la Russie - apportent un soutien militaire autrement plus massif et un soutien politique autrement plus affiché à Khalifa Haftar, c'est la France que la Turquie accuse, par la voix cette fois-ci de son porte-parole de la présidence, de mettre « en danger la sécurité de l'Otan, la sécurité en Méditerranée, la sécurité en Afrique du Nord et la stabilité en Libye ».

Il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, la Turquie reproche à la France une certaine hypocrisie puisqu'elle affirme ne « choisir aucun camp » tout en étant accusée - et pas seulement par Ankara - d'apporter son appui à Khalifa Haftar. Ensuite, la France elle-même multiplie les attaques verbales contre Ankara dans ce dossier, l'accusant de violer l'embargo des Nations unies en fournissant des armes au gouvernement de Tripoli, dénonçant un interventionnisme turc « inacceptable ».

Vu d'Ankara, ces critiques passent d'autant plus mal que Paris les exprime au sein même des instances de l'Otan - dont la Turquie est membre - et qu'elles s'ajoutent à des tensions déjà vives entre les deux alliés. L'an dernier, le président français Emmanuel Macron était monté en première ligne pour dénoncer l'offensive turque contre les forces kurdes en Syrie.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.