Congo-Brazzaville: Construction - Le secteur du BTP durement impacté par la crise sanitaire COVID-19

Les entreprises du bâtiment-travaux publics(BTP) ont enregistré un effondrement de leur activité, soit -92%, y compris l'industrie de la cimenterie qui les accompagne. Dressant le bilan post-confinement, le 20 juin à Brazzaville, le Premier ministre, Clément Mouamba, a promis un soutien de l'État.

Le BTP est un véritable pourvoyeur d'emplois en République du Congo puisqu'il embauche des milliers de Congolais, des ressortissants de la sous-région et des ouvriers chinois. Les mesures drastiques édictées par le gouvernement pour stopper la propagation de la pandémie, entre avril et mai, ont entrainé l'arrêt de nombreux chantiers à Brazzaville et Pointe-Noire.

Même si en avril dernier le gouvernement a autorisé la reprise des chantiers étatiques jugés essentiels, ce n'est pas le cas pour les travaux de construction privés où les promoteurs recourent généralement à la main-d'œuvre locale. En effet, les chantiers privés représentent plus de 80% des activités du BTP au Congo, avec les travaux de construction de l'habitat, des écoles, des sièges sociaux, des commerces, des fermes...

Comme les autres secteurs de l'économie congolaise, celui du BTP fait face à un désastre avec une forte augmentation du chômage aussi bien dans le formel que l'informel. Cette situation a contribué à provoquer une forte récession économique au Congo par la baisse des prévisions de croissance comprises entre -10% et -7%. Pour cela, l'exécutif devra mettre les moyens à sa disposition pour pouvoir soutenir les secteurs affectés.

« La situation commande la mise en œuvre de mesures vigoureuses pour limiter les effets négatifs de la pandémie sur l'économie nationale et relancer les activités. Afin de soutenir l'économie nationale, dans la limite des ressources disponibles et dans le respect de nos engagements internationaux, le gouvernement a déjà pris une série de mesures budgétaires qui ont trait au renoncement ou au décalage d'encaissement des recettes publiques, ainsi qu'à la baisse de la pression fiscale », a estimé Clément Mouamba.

Il a indiqué qu'une partie du Fonds national de solidarité de 100 milliards francs CFA sera débloquée à cette fin. Les mécanismes de mise en œuvre seront précisés conjointement par les ministres en charge de l'Economie, des Finances et des Affaires sociales, en rapport avec les partenaires du secteur financier et les acteurs sociaux.

À noter qu'en plein confinement, le gouvernement avait autorisé la relance les travaux sur la route nationale 2 ; de la construction des tours jumelles de Mpila ; du supermarché "Brazza Mall" ; de l'université Denis Sassou-N'Guesso de Kintélé ; des travaux du traitement des érosions de Ngamakosso ; du nouveau siège du parlement à Brazzaville ; du projet d'électrification rurale ; de la construction du siège du port autonome de Pointe-Noire et des marchés de la ville océane.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.