Sénégal: Vague de contestations à Saint-Louis - Faidherbe en ligne de mire

Des représentants de l'association Survie, du FUIQP (Front uni des immigrations et des quartiers populaires), des collectifs Afrique et de défense des sans-papiers, ou de l'Atelier d'histoire critique, étaient présents, samedi, lors d'une manifestation pour réclamer le retrait ou du moins la contextualisation de la statue de Louis Faidherbe.

Une «figure du colonialisme français, violent et raciste». A noter que depuis l'assassinat de l'Afro-américain George Floyd, on assiste à de telles manifestations.

La municipalité de San Francisco, dans l'Etat de Californie, a d'ailleurs décidé de prendre les devants en déboulonnant la statue du navigateur Christophe Colombe, qui «n'est pas en adéquation avec les valeurs» de la ville. À Sacramento aussi, une autre statue va également être déboulonnée.

«Faidherbe doit tomber! » : entre 200 et 300 personnes ont manifesté samedi à Lille devant la statue du général Faidherbe pour réclamer le « retrait », ou « au moins la contextualisation », de cette « figure du colonialisme français, violent et raciste ».

« Décolonisons, l'histoire et la mémoire ! », ont scandé les manifestants, rassemblés pacifiquement à partir de 13 heures face à cette imposante statue équestre érigée près de la préfecture, à l'entrée de l'une des principales artères du centreville.

« Qui veut (encore) célébrer le colonialisme ? 200 ans, ça suffit ! », clamait une banderole installée par ce collectif, né en 2018 au moment du bicentenaire de la naissance du général.

Des représentants de l'association Survie, du FUIQP (Front uni des immigrations et des quartiers populaires), des collectifs Afrique et de défense des sans-papiers, ou de l'Atelier d'histoire critique, étaient présents.

« Partout dans le monde, depuis la mort de George Floyd et dans le contexte du mouvement #Black Lives Matter, des statues d'esclavagistes, de colonialistes et de suprémacistes blancs sont tombées. Nous aussi, nous avons notre statue de colon à déboulonner! », plaide le collectif sur les réseaux sociaux.

«ON NE COMPTE PAS LA RETIRER DE FORCE»

Pour ses défenseurs, Louis Faidherbe (1818-1889), né à Lille et qui a fini sa carrière comme sénateur socialiste du Nord, est avant tout une figure militaire qui avait préservé la région de l'invasion prussienne en 1870.

Mais « il a aussi colonisé le Sénégal dans des conditions extrêmement violentes, en se targuant de brûler des villages, et a développé toutes sortes de théories racistes », a réagi samedi Jean-François Rabot, membre de l'association Survie.

« On ne compte pas la retirer de force. On aimerait que la mairie, au minimum, appose une plaque explicative, et dans l'idéal qu'elle la retire pour la placer dans un musée », a encore expliqué Jean-François Rabot.

« On ne cherche pas à effacer, mais au contraire à redonner une histoire à ce personnage dont plus personne ici ne se demande qui il est », a aussi déclaré l'historien et représentant du collectif Thomas Deltombe.

L'essayiste défend l'idée d'un « retournement du symbole ». « On nous a par exemple proposé de le végétaliser, pour en faire un mouvement + fait d'herbe + », a-t-il souri.

TENSIONS AVEC DES IDENTITAIRES

Une quinzaine de militants identitaires, venus provoquer les manifestants, ont déclenché des tensions sans mettre fin à la manifestation.

A des milliers de kilomètres, à Saint-Louis au Sénégal, la statue de Faidherbe - déplacée début janvier pour rénover la place de même nom - fait également débat. Un candidat déclaré à la mairie, l'ancien ministre Mary Tew Niane, a par exemple affirmé sur Twitter qu'il la retirerait s'il est élu.

« Qu'elle dégage de l'espace public de Ndar (nom traditionnel de Saint-Louis) ! », a réagi auprès de l'AFP Thierno Dicko, responsable d'un réseau d'activistes qui « envisage » de mettre la statue.

Dans un post qu'il a envoyé sur sa page facebook l'ancien président du Groupe parlementaire majoritaire « Bennoo Bokk Yaakaar », Moustapha Diakhaté, a plaidé également afin que la statue de Faidherbe à Saint-Louis soit déboulonnée.

« Pour mériter d'avoir sa statue dans un territoire, il faut faire partie des grandes femmes ou des grands hommes de l'histoire d'un pays », a-t-il écrit.

Preuve que la chasse aux statues après l'épisode Georges Floyd aux EtatsUnis se poursuit de fort belle manière. Au Sénégal, nombreux sont ceux qui s'attaquent à la figure de l'ancien gouverneur du Sénégal, Faidherbe.

A l'instar de Moustapha Diakhaté, du Pr Iba Der Thiam et autre Imam Ratib de la grande mosquée de Saint-Louis.

Alors que le débat fait rage depuis une semaine autour du retrait de la statue de Faidherbe qui trône sur la ville de Saint-Louis, l'Imam Ratib de la Grande Mosquée de la ville tricentenaire est entré lui aussi dans la danse.

Il faut dire que la sortie du professeur Iba Der Thiam confiant que l'ancien gouverneur de Saint-Louis "a tué 20 000 sénégalais en 8 mois", a donné une plus grande résonance dans l'ancienne capitale de l'Afrique occidentale française (Aof).

Pour autant, lors de la grande prière du vendredi, l'Imam Ratib Cheikh Ahmed Tidiane Diallo a axé son sermon sur la statue Faidherbe et les rues portant des noms de colons.

L'imam a ainsi insisté sur la nécessité de déboulonner la statue et de rebaptiser les rues aux noms des illustres figures de l'histoire sénégalaise. « au fond du fleuve » si elle est réinstallée.

« Faidherbe nous renvoie à la domination et à l'oppression. De grands hommes incarnent au Sénégal des valeurs de courage, de détermination. Ils doivent être nos références », juge aussi Zahir Fall, responsable du mouvement citoyen « Wallu Ndar » (« Sauver SaintLouis »). Dans la rue, cette image « me fait mal », a-t-il ajouté.

SAINT-LOUIS : Des membres du collectif «Faidherbe va tomber», arrêtés puis libérés

Les contestations pour le déboulonnement de la statue de Faidherbe ont pris une autre tournure dans la ville tricentenaire. En effet, selon des informations, quatre membres du collectif "Faidherbe va tomber" ont été arrêtés à Saint-Louis.

Le nommé Pape Abdoulaye Touré et cie ont été appréhendés puis mis en garde en vue pour avoir tenu un point de presse pour le déboulonnement de la statue controversée de Faidherbe. Poursuivis pour préparation de manifestation pouvant entraîner des troubles publics, ils ont été aux dernières nouvelles, libérés.

SAINT-LOUIS - RAPPELANT LES CRIMES DE FAIDHERBE : L'Imam Ratib demande le retrait de sa statue

Alors que le débat fait rage depuis une semaine autour du retrait de la statue de Faidherbe qui trône sur la ville de Saint-Louis, l'Imam Ratib de la Grande Mosquée de la ville tricentenaire est entré lui aussi dans la danse.

Il faut dire que la sortie du professeur Iba Der Thiam confiant que l'ancien gouverneur de Saint-Louis "a tué 20 000 sénégalais en 8 mois", a donné une plus grande résonance dans l'ancienne capitale de l'Afrique occidentale française (Aof).

Pour autant, lors de la grande prière du vendredi, l'Imam Ratib Cheikh Ahmed Tidiane Diallo a axé son sermon sur la statue Faidherbe et les rues portant des noms de colons. L'imam a ainsi insisté sur la nécessité de déboulonner la statue et de rebaptiser les rues aux noms des illustres figures de l'histoire sénégalaise.

MOUSTAPHA DIAKHATE, ANCIEN PRESIDENT DE LA MAJORITE PARLMENTAIRE BBY : "Le déboulonnage de la statue de Faidherbe est une exigence non négociable»

facebook l'ancien président du Groupe parlementaire majoritaire « Bennoo Bokk Yaakaar », Moustapha Diakhaté, a plaidé également afin que la statue de Faidherbe à Saint-Louis soit déboulonnée.

« Pour mériter d'avoir sa statue dans un territoire, il faut faire partie des grandes femmes ou des grands hommes de l'histoire d'un pays », a-t-il écrit.

Preuve que la chasse aux statues après l'épisode Georges Floyd aux Etats-Unis se poursuit de fort belle manière.

Au Sénégal, nombreux sont ceux qui s'attaquent à la figure de l'ancien gouverneur du Sénégal, Faidherbe. A l'instar de Moustapha Diakhaté, du Pr Iba Der Thiam et autre Imam Ratib de la grande mosquée de Saint-Louis.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.