Congo-Kinshasa: Yolande Elebe - "Notre rêve est de voir la musique contribuer de manière significative au développement socio-économique de la ville de Kinshasa"

C'est par l'arrêté N°SC/0031/BGV MTCA/ PLS/2016 du 18 février 2016 signé par le gouverneur Gentiny NGOBILA que Mme Yolande ELEBE ma Ndembo a été désignée Coordonnatrice de la Commission de suivi des Programmes de Villes créatives de l'UNESCO. Evoluant sous-forme d'une entité technique attachée au Commissariat général à la Culture et aux Arts de la Ville de Kinshasa, cette commission a pour mission d'engager des contacts permanents avec les villes membres du réseau dans le cadre des coopérations spécifiques avec d'autres Villes créatives de l'UNESCO dans le domaine de la musique. Elle a aussi pour prérogatives d'initier des projets et d'en faire le suivi dans le sens de la professionnalisation de la musique dans la ville de Kinshasa.

Cette assertion a été défendue par Yolande Elebe qui se trouve être également, Conseillère en charge des questions socioculturelles du Gouverneur de la Ville province de Kinshasa, Gentiny NGOBILA MBAKA. C'était au cours d'une interview exclusive accordée au grand quotidien Kinois, La Prospérité, en marge de la journée internationale de la musique qui est célébrée le 21 juin de chaque année dans toute l'humanité.

En respect de l'Etat d'urgence et des mesures de distanciation sociale prise par les autorités à cause de la pandémie à Covid-19, qui a mis au point mort toutes les activités en RDC et dans le monde entier, aucune manifestation n'a été organisée par les autorités provinciales en célébration de la Fête de la musique.

Néanmoins, la Coordonnatrice de la Commission de suivi des Programmes de Villes créatives de l'UNESCO pour Kinshasa a saisi l'occasion de cette célébration de l'art d'Orphée pour s'entretenir avec votre journal.

Mme Yolande Elebe ma Ndembo, Coordonnatrice de la Commission de suivi/Kinshasa

C'est depuis 2015, renseigne-t-on, que Kinshasa a intégré le réseau des Villes créatives de l'UNESCO créée en 2004 avec comme ambition de partager les expériences dans la coopération culturelle. Et, la musique est le domaine artistique de prédilection qui reflète l'image de la Capitale congolaise.

Dans la droite ligne de ses prédécesseurs, Yolande Elebe s'est déjà mise au travail. Elle s'est résolument engagée dans l'esprit de la continuité des dossiers afin de renforcer les liens avec d'autres villes créatives dans le monde.

C'est le cas avec Brazzaville, où sa commission travaille déjà en termes de coopération culturelle sur un projet portant sur la professionnalisation de la musique conformément à la vision du Gouverneur de Kinshasa dans le secteur de la culture.

Toutefois, elle a justifié le bien-fondé pour la Capitale Kinoise d'appartenir à ce grand réseau de l'agence onusienne.

Sensibiliser et vulgariser le concept Kinshasa Ville Créative de l'UNESCO, chercher un lobbying auprès des entités administratives et culturelles tant publiques que privées et faire de Kinshasa une mosaïque culturelle économiquement attractive. Tels sont les objectifs engagés de ladite Commission qui a fait de l'innovation son cheval de bataille.

Pour sa coordonnatrice, l'idéal consiste, d'abord, à créer des ponts entre les artistes musiciens de 19 Villes créatives musicales du monde et ceux de Kinshasa mais aussi de faciliter les échanges, les liens et professionnaliser le secteur de la musique et le rendre économiquement viable.

«Le fondamental reste de mettre en place une politique réelle afin que la musique devienne un vecteur de développement durable dans la ville de Kinshasa », a souligné Yolande Elebe ma Ndembo.

Des formations sont également envisagées à l'attention des opérateurs du secteur culturel dans le cadre des coopérations.

Quid de l'économie de la musique ?

Faire de Kinshasa une ville économiquement prospère grâce à la musique constitue un défi majeur.

Evidemment, il y a déjà des pistes mais il faudra aussi l'implication des acteurs du secteur.

«Nous voulons développer d'autres projets en interne et partager des expériences avec d'autres villes surtout celles qui ont déjà réussi à mettre en place, par exemple, des politiques culturelles dans leur ville», a déclaré la Coordinatrice de la Commission de suivi.

Yolande Elebe et le feu chanteur Papa Wemba

Kinshasa, Ville créative dans le domaine de musique, présente aussi plusieurs opportunités pour les musiciens et tous ceux qui travaillent dans ce secteur.

Déjà à l'ère du numérique, explique-t-elle, il est important pour la Commission de poser des jalons afin de redynamiser les réglementations existantes pour protéger les artistes contre la piraterie et leur permettre de jouir également de leurs droits d'auteur.

La Commission travaillera dans le sens de la sensibilisation et de l'ouverture de débats et échanges pouvant aboutir à doter la Ville d'une politique culturelle dans le domaine de la musique qui va permettre d'avoir une règlementation spécifique pour rentabiliser le secteur tant pour les artistes que pour la Ville.

«La musique n'est pas seulement un divertissement, c'est aussi une activité qui génère toute une économie avec des potentialités de rentabilité et de création d'emploi», a soutenu Yolande Elebe ma Ndembo.

«Il serait bon de démocratiser la musique à Kinshasa. Car, il est anormal que de grands concerts VIP ne se jouent qu'à la Gombe. Alors que la musique à Kinshasa se définit également comme populaire. Cet art doit pouvoir vibrer dans tous les coins de la Ville dans les mêmes conditions. Pour cela, des infrastructures culturelles sont nécessaires. Ceci fera aussi l'objet de nos réflexions et propositions au Ministère de tutelle», a conclu la Coordonnatrice de la Commission de suivi des Programmes de Villes créatives de l'UNESCO.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.