Congo-Kinshasa: 60 ans d'indépendance - Espoirs, frustrations et gâchis

La République Démocratique du Congo va commémorer, le mardi 30 juin 2020, ses 60 ans d'indépendance. Suite aux contraintes de l'état d'urgence liée à la pandémie du coronavirus, qui frappe le pays depuis le 10 mars, le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, a d'ores et déjà planté le décor de l'événement : la méditation. Passant de l'acte à la parole, il a décidé d'affecter aux militaires et au personnel soignant de la Covid-19, le budget initialement réservé aux manifestations festives.

60 ans après, le parcours postcolonial de l'ex-Congo belge a été émaillé d'espoirs suscités par la perspective de la construction, par les pères de l'indépendance, d'un pays plus beau qu'avant, les frustrations nées des lendemains marquées par des sécessions, des rébellions, des coups d'Etat, le marasme économique et social, mais surtout le gâchis provoqué par des décennies de pillage des ressources nationales et de négation des droits fondamentaux de la personne humaine.

60 ans après, les Congolais d'aujourd'hui vivent, dans leur chair, le paradoxe d'un pays estampillé « scandale » géologique, mais qui héberge les citoyens les plus pauvres de la planète.

En marge du soixantième l'anniversaire de l'indépendance de la mère patrie, Le Phare a ficelé quelques dossiers à caractère politique, sécuritaire, économique et social, en vue de tenter de retracer, tant soit peu, la marche du Grand Congo après le départ du colonisateur belge. Mais pour les besoins de l'histoire, le patriarche et professeur Jean Kambayi Bwatshia, historien de son état, nous replonge dans le climat politique ayant prévalu au pays au lendemain de la publication du « Plan Van Bilsen », du nom du professeur belge qui préconisait la mise en œuvre d'un programme de préparation des Congolais à l'indépendance sur une période de 30 ans.

Favorablement accueilli par des intellectuels et politiciens réunis autour de l'abbé Albert Malula, Curé de la paroisse Saint-Pierre, à Kinshasa, sous le label de « Manifeste de Conscience Africaine », le « Plan Van Bilsen » fut catégoriquement rejeté par les politiciens militant sous la bannière de l'Abako (Alliance des Bakongo) avec à leur tête Joseph Kasa-Vubu, futur premier Chef de l'Etat, qui exigèrent « l'indépendance immédiate ».

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.