Congo-Kinshasa: Affaires étrangères - Marie Tumba et Abed Achour s'accordent pour le rapatriement des Congolais bloqués en Turquie

La ministre d'Etat en charge des Affaires Etrangères, Marie Tumba Nzeza, a eu une séance de travail, le samedi 20 juin 2020, avec Abdul Raouf Achour, opérateur économique et patron de la société SOKIN, basée à Kinshasa. Au menu de leurs entretiens : le dossier du rapatriement des Congolais bloqués en Turquie pour raison de fermeture des frontières suite à la pandémie du coronavirus.

Au sortir de la rencontre Abdul Raouf Achour a indiqué qu'il est venu répondre positivement à l'appel à la solidarité nationale lancé par le Chef de l'Etat congolais pour stopper la propagation de la Covid-19. En effet, sa présence au cabinet de la patronne de la diplomatie congolaise se voulait l'expression de sa volonté d'appuyer les efforts du gouvernement pour le retour en RDC des Congolais bloqués dans divers pays.

A l'en croire, une solution a été trouvée en faveur des ressortissants congolais en attente de leur rapatriement, et qui sont bloqués à Istanbul (Turquie) depuis 3 mois. Il a fait savoir qu'à cet effet, une grande réunion était prévue hier lundi 22 juin entre des représentants de la compagnie d'aviation Turkish Airlines et les autorités congolaises, en vue de fixer la date du pont aérien entre Kinshasa et Istanbul.

Il a indiqué que la ministre Marie Tumba a tout son soutien pour la réussite de cette opération qui s'inscrit dans la vision du Chef de l'Etat, qui a pris l'engagement de ne jamais abandonner ses compatriotes en difficulté à l'étranger. Abed Achour, qui considère la République Démocratique du Congo comme sa seconde patrie, a rappelé à l'opinion que sa famille exerce des activités commerciales en RDC depuis les années '60.

Et de préciser : « Nous sommes dans notre 3ème génération dans ce pays, qui nous a beaucoup donné. Nous avons toujours accompagné la RDC car c'est dans les moments difficiles qu'on reconnait les vrais amis. D'où, notre option de soutenir nos frères et soeurs congolais... ».

Pour rappel, le patriarche Mahmoud Achour avait déjà, dans les années '60, des affaires dans l'ex-Zaïre. En 1975, alors que son pays d'origine, le Liban, était en proie à la guerre civile, et que ses installations industrielles étaient en grande partie incendiées, la famille Achour décida de rejoindre la ville de Kinshasa, avec ses enfants, pour se lancer dans le commerce des textiles.

Achour garde l'espoir qu'une trêve imminente entre belligérants pour lui permettre de rentrer vivre et travailler au Liban. Ce projet de retour au pays natal ne l'avait pas empêche d'investir dans l'ex-Zaïre, où il avait créé, dès 1976, la société SOKIN, spécialisée dans l'importation des produits textiles et l'exportation du café. C'est en 1982, qu il décida de s'installer définitivement sur le territoire congolais, pour développer de nouveaux projets d'investissements, en créant notamment une société de transport dénommée TRANS BENZ.

Particulièrement attachés à la RDC, plusieurs membres de la troisième génération de la famille Achour ont récemment rejoint Kinshasa pour marcher sur les traces de leurs grands-parents et parents. De nouveaux projets d'investissement sont actuellement à l'étude et devraient voir le jour dans les prochains mois.Jean-René Ekofo

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.