Cote d'Ivoire: COVID-19/ Accès des entreprises au fonds de soutien - Le pays en quête d'instruments à mettre en place

A l'initiative de l'Agence Côte d'Ivoire PME, une étude relative à l'évaluation de l'impact de la crise sanitaire COVID-19 sur les activités des PME ivoiriennes a été diligentée avec l'appui de l'ONU Femme.

La restitution des conclusions de cette étude a eu lieu le vendredi 19 juin 2020, à la Chambre de commerce et d'industrie, à Abidjan, Plateau. Selon le directeur général de l'Agence CI PME, Salimou Bamba, la crise sanitaire a un impact certain sur les entreprises dans leur ensemble.

« Les entreprises des différents secteurs ont été touchées, avec des taux de sinistralité allant jusqu'à 80% pour des secteurs comme l'hôtellerie. Même aujourd'hui, avec la mesure d'ouverture partielle, il est difficile pour certaines entreprises d'avoir la pleine activité », a-t-il indiqué indiqué.

Il a ajouté que des réflexions sont en cours au sein des différentes structures de soutien aux PME, pour trouver des instruments à mettre en place pour faciliter l'accès des entreprises à ces ressources.

Car les entrepreneurs estiment que le Fonds de soutien aux PME (FSPME) d'un montant de 150 milliards Fcfa dont 40 milliards Fcfa immédiatement mis en place par le gouvernement dans le cadre de la riposte est difficile d'accès.

Pour rappel, ce fonds reçoit, à ce jour, à la grande surprise, très peu de dossiers de qualité, les chefs d'entreprise jugeant les critères d'éligibilité assez difficiles à remplir.

Il ressort également des conclusions présentées par Cissé Ismaila, directeur de la stratégie et de la mobilisation des ressources au sein de l'Agence CI PME, que 97% des PME ont été touchées fortement par la crise.

L'étude révèle également que plus de 8 PME sur 10 ont ressenti les effets de la crise sur leur chiffre d'affaires.

Et plus de la moitié (57%) des PME ont leurs activités à l'arrêt, 67% ont perdu des marchés et/ou des clients, 62% ont vu leur chiffre d'affaires baisser, quand 57% ont fermé leur entreprise et 52% ont licencié leur personnel.

Pour la représentante résidente de l'ONU Femme en Côte d'Ivoire, Mme Antonia Ngabala-Sodonon, la situation est plus que préoccupante.

« Sans une réponse délibérément sexospécifique, la crise du COVID-19 risque de réduire à néant les progrès réalisés en matière d'inclusion financière des femmes et d'accès à la protection sociale » a-t-elle prévenu.

Avant de déplorer le fait que les femmes entrepreneures en Côte d'Ivoire soient moins nombreuses que les hommes à pouvoir accéder au système bancaire pour se constituer un coussin d'épargne et profiter du potentiel de transformation que représente le fait d'être bancarisé.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.