Afrique: CNUCED - Les flux d'investissement en Afrique vont fortement diminuer

La tendance à la baisse des Investissements Directs à l'étranger (IDE) en Afrique devrait s'aggraver considérablement en 2020, en raison du double choc de la pandémie de coronavirus et de la faiblesse des prix des matières premières, en particulier du pétrole.

Les flux d'IDE vers le continent devraient se contracter de 25 à 40 % sur la base des projections de croissance du produit intérieur brut (PIB) ainsi que d'une série de facteurs spécifiques aux investissements, selon le Rapport sur l'investissement dans le monde en 2020 de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED).

"Bien que toutes les industries devraient être touchées, plusieurs secteurs des services, notamment l'aviation, l'hôtellerie, le tourisme et les loisirs, sont durement touchés, une tendance qui devrait se poursuivre pendant un certain temps à l'avenir", a déclaré le directeur de l'investissement et des entreprises de la CNUCED, James Zhan.

Les industries manufacturières à forte intensité dans les chaînes de valeur mondiales sont également fortement touchées, signe d'une préoccupation pour les efforts de promotion de la diversification économique et de l'industrialisation en Afrique.

Dans l'ensemble, on observe une forte tendance à la baisse au cours du premier trimestre 2020 pour les projets d'investissement annoncés, bien que la valeur des projets (-58 %) ait chuté plus sévèrement que leur nombre (-23 %) (figure 1).

De même, en avril 2020, le nombre de projets de fusion et d'acquisition (M&A) transfrontaliers ciblant l'Afrique avait diminué de 72 % par rapport à la moyenne mensuelle de 2019 (figure 2).

L'espoir d'une reprise

Toutefois, deux facteurs distincts permettent d'espérer une reprise des flux d'investissement vers le continent à moyen et long terme. Le premier est la plus grande valeur accordée aux liens avec le continent par les grandes économies mondiales, qui favorisent les investissements dans les infrastructures, les ressources, mais aussi le développement industriel.

Les investissements de ces pays, qui bénéficient d'un soutien politique à des degrés divers, bien qu'ils soient affectés dans une certaine mesure par l'impact conjoint de la COVID-19 et de la faiblesse des prix des matières premières, pourraient être relativement plus résistants.

Le second est l'approfondissement de l'intégration régionale en raison du début des échanges dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) après des années de délibérations et la finalisation attendue de son protocole d'investissement.

À court terme, il est primordial de réduire l'ampleur du ralentissement des investissements et de limiter les coûts économiques et humains de la pandémie.

À plus long terme, la diversification des flux d'investissement vers l'Afrique et leur exploitation en vue d'une transformation structurelle reste un objectif clé. Ces deux objectifs nécessiteront une réponse prudente, coordonnée et rapide de la part des pays du continent.

Les IDE étaient déjà en déclin avant la crise

La crise de la COVID-19 est arrivée à un moment où les IDE étaient déjà en déclin, le continent ayant connu une baisse de 10 % des flux entrants en 2019, à 45 milliards de dollars.

Les effets négatifs de la faible croissance du PIB mondial et régional et de la baisse de la demande de produits de base ont freiné les flux vers les pays ayant des profils d'investissement à la fois diversifiés et axés sur les ressources naturelles, même si quelques pays ont reçu des flux plus importants de nouveaux projets de grande envergure.

Afrique du Nord

Les flux d'IDE vers l'Afrique du Nord ont diminué de 11 % pour atteindre 14 milliards de dollars, avec une réduction des flux dans tous les pays sauf l'Égypte, qui est restée le plus grand bénéficiaire d'IDE en Afrique en 2019, avec des flux en hausse de 11 % pour atteindre 9 milliards de dollars.

Afrique subsaharienne et australe

Après une augmentation significative en 2018, les flux d'IDE vers l'Afrique subsaharienne ont diminué de 10 % en 2019 pour atteindre 32 milliards de dollars.

L'Afrique australe est la seule sous-région à avoir reçu des flux plus importants en 2019 (augmentation de 22 % à 4,4 milliards de dollars), mais uniquement en raison du ralentissement du désinvestissement net de l'Angola.

Les entrées d'IDE en Afrique du Sud ont diminué de 15 % pour atteindre 4,6 milliards de dollars en 2019, malgré des investissements clés dans les secteurs minier, manufacturier (automobiles, biens de consommation) et des services (finance et banque).

Afrique de l'Ouest

L'IDE en Afrique de l'Ouest a diminué de 21 % pour atteindre 11 milliards de dollars en 2019. Cette baisse s'explique en grande partie par la forte diminution des investissements au Nigeria, due à la nouvelle réglementation sur les investissements des entreprises multinationales dans l'industrie du pétrole et du gaz.

Afrique de l'Est

Les flux d'IDE vers l'Afrique de l'Est ont également diminué, de 9 %, pour atteindre 7,8 milliards de dollars. Les flux entrants vers l'Éthiopie ont diminué d'un quart, à 2,5 milliards de dollars, en raison, dans une certaine mesure, des tensions politiques dans certaines parties du pays.

De même, les flux entrants vers le Kenya ont chuté de 18 %, à 1,3 milliard de dollars, malgré plusieurs nouveaux projets dans le domaine des technologies de l'information et des soins de santé.

Afrique Centrale

L'Afrique centrale a reçu 8,7 milliards de dollars d'IDE, soit une baisse de 7 %. Le fait marquant dans la sous-région a été la diminution des flux vers la République démocratique du Congo (de 9 % à 1,5 milliard de dollars).

Les Pays-Bas ont devancé la France en tant que premier investisseur par actions

Sur la base des données relatives au stock d'IDE jusqu'en 2018, les Pays-Bas ont dépassé la France en tant que premier investisseur étranger en Afrique.

Le stock d'investissement détenu par les États-Unis et la France en Afrique a diminué de 15 % et 5 % respectivement, en raison du rapatriement des bénéfices et du désinvestissement. Dans le même temps, le stock d'investissement du Royaume-Uni et de la Chine a augmenté de 10 % chacun.

Les flux d'IDE ont également diminué en 2019, d'environ un tiers

Les flux d'IDE en provenance d'Afrique ont diminué de 35 % pour atteindre 5,3 milliards de dollars. L'Afrique du Sud est restée le premier investisseur à l'étranger malgré la réduction des flux sortants de 4,1 milliards de dollars à 3,1 milliards de dollars.

Les flux sortants du Togo ont considérablement augmenté, passant de 70 millions de dollars seulement à 700 millions de dollars, soit une multiplication par dix. En Afrique du Nord, le Maroc a également augmenté ses investissements directs étrangers, qui sont passés de 800 millions de dollars en 2019 à environ 1 milliard de dollars.

Graphique 1 - Nombre trimestriel moyen de projets d'investissement dans les nouvelles installations annoncés, 2019 et T1 2020 (nombre) Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde 2020.

Graphique 2 - Nombre mensuel moyen de fusions-acquisitions transnationales, 2019 et janvier-avril 2020 (nombre) Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde 2020.

Graphique 3 - Les 5 premiers bénéficiaires des flux d'IDE, 2018 et 2019 (en milliards de dollars) Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde 2020.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.