Congo-Kinshasa: Kasaï Central - Martin Kabuya destitué

«Vox populi, vox dei», disent les latinistes. L'Assemblée provinciale du Kasaï Central vient de matérialiser la volonté de son mandant, par la destitution de celui qui ne manifestait aucune considération à l'endroit de la population qu'il traitait, par ailleurs, avec dédain et mépris, oubliant expressément que toute gestion de la chose publique est censée donner satisfaction aux attentes de la multitude.

18 voix contre 12 sur un total de 30 députés provinciaux ayant pris part au vote: c'est le résultat qui a sanctionné la mise aux voix de la motion de censure contre le gouverneur Martin Kabuya et son gouvernement, déposée le lundi 22 juin dernier.

Il importe de signaler que ce vote a eu lieu en l'absence du concerné, qui n'a pas daigné répondre à l'invitation de l'organe délibérant, afin de présenter ses moyens de défense.

Fidèle à ses habitudes, Martin Kabuya n'a pas compris que les choses ont changé, pour se plier aux exigences de la loi, mais a décidé de briller par son absence croyant qu'il allait bloquer la machine de sa destitution. Mauvais calcul qui n'a pas pris en compte la détermination des des députés provinciaux dont certains ont été victimes de son arrogance et mépris.

Saisi régulièrement par le président de l'Assemblée provinciale, Patrice Aimé Sesanga, le lundi, conformément au règlement intérieur de l'Assemblée provinciale, le gouverneur devait se présenter hier à la plénière pour présenter ses moyens de défense face aux griefs retenus contre lui. Mais, il s'est contenté d'écrire à l'organe délibérant pour solliciter une semaine de réflexion afin de préparer sa défense. Une demande que la plénière a rejetée parce que non seulement qu'elle violait le règlement intérieur, mais également considérée comme piège que Martin Kabuya voulait tendre à l'Assemblée provinciale.

Non content, le gouverneur destitué promet d'engager la bataille juridique dans l'espoir de reprendre son fauteuil.

Cependant, la tombée de Martin Kabuya a aussitôt provoqué des liesses de joie des Kanangais qui sont immédiatement dans les rues pour fêter la destitution de celui que d'aucuns considéraient colon à la tête de la province. Pour les observateurs, il sera difficile pour Martin Kabuya de gagner la bataille juridique au vu de la manifestation populaire tout à fait spontanée dès que sa destitution a été annoncée.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.