Togo: "Léthargie et inaction", grogne d'un groupe de Conseillers municipaux contre Aboka et son Comité exécutif

Ça chauffe déjà dans la Commune du Golfe 5 ? C'est le titre affirmatif d'une dépêche de nos confrères de Focusinfo.net, que nous reprenons en interrogation.

D'après cette dépêche qui s'inspirerait d' "une lettre adressée le 23 juin dernier au maire et à ses adjoints du Golfe 5, une demi-douzaine de conseillers municipaux s'en sont pris à la gestion de l'exécutif de la commune. Ils les ont interpellés sur « la léthargie et l'inaction » dans laquelle est plongée leur circonscription.

« Nous constatons d'abord qu'à moins de huit jours de la fin du présent trimestre, le conseil n'a pas été convoqué pour la deuxième session ordinaire de l'année 2020 qui devrait être prévue pour se tenir pendant 15 jours suivant les textes, alors que les urgences et les besoins des populations son écrasants » écrivent les frondeurs.

Ils réfutent l'idée que la pandémie de la COVID-19 puisse servir d'argument à l'exécutif pour justifier la non tenue de la deuxième session, considérant celle-ci comme « l'une des urgences sanitaires qui nécessiterait la mobilisation et les actions du conseil municipal ».

Les signataires qualifient de médiocre la gestion de la pandémie dans leur commune et dénoncent par ailleurs le fait que « les commissions créées ne se réunissent pas malgré l'immensité de la tâche » ou encore que les bureaux des commissions constituent des postes que s'arrogent uniquement la majorité alors qu'elles devraient constituer la cheville ouvrière de la commune.

Aussi, Jean Kissi, Kodjo Alissotou, Jean Ekou, Kévin Assila, Mimi Bossou-Sodjoe et Habadada s'interrogent-ils sur la gestion des problèmes de voirie , citant pêle-mêle les infrastructures éducatives, sociales sanitaires et routières, de ramassage de déchets, de propreté des voies publiques et quartiers, d'assainissement de marchés, de viabilisation et d'urbanisation de quartiers etc..

Il qualifient d'opaque la gestion financière de la commune, faisant remarquer que les conseillers ne sont pas informés avant engagement, des bâtiments loués, des meubles achetés etc.. « Il est déplorable que les commissions d'attribution et de contrôle des marchés ne soient pas mises en place à ce jour », ajoutent-t-ils.

De fait, les six demandent la convocation d'urgence du conseil municipal « pour connaître ces questions sus évoquées et relancer le fonctionnement des organes de la commune »".

C'est en gros ce que l'on pouvait lire ce jour dans les colonnes du confrères qui laissent croire que les difficultés dans la collaboration entre le Comité exécutif d'Aboka et les autres Conseillers de cette Commune d'Aflao Gakli ne font ue commencer.

Bon à suivre !

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.