Algérie: Moustique tigre à Tizi-Ouzou - Les agriculteurs invités à la vigilance

Tizi-Ouzou — Les responsables des Directions des services agricoles (DSA) et de la santé et de la population (DSP) ont appelé, mercredi lors d'une réunion, les agriculteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, notamment ceux utilisant les systèmes d'irrigation, à être vigilants pour se protéger contre le moustique tigre et signaler toute présence de cet insecte.

Il s'agit des principales orientations ayant sanctionné une réunion sur la prévention de la prolifération du moustique tigre, tenu mercredi au siège de la DSA présidée par le premier responsable du secteur, Makhlouf Laib, avec la participation du chef du service prévention et chargé du programme zoonoses à la DSP, Dr. Idir Oulamara, et en présence de l'inspecteur phytosanitaire de la DSA, Kaci Boukhalfa, ainsi que des subdivisionnaires agricoles de la wilaya.

Lors de la rencontre, organisée sur instruction du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, Dr. Oulamara a expliqué aux présents comment reconnaître cet insecte. "Il est de couleur noire avec des rayures blanches sur son abdomen et ses pattes, d'où son nom de moustique tigre, et est relativement grand (il mesure en moyenne 0,5 cm) et possède une ligne blanche sur la partie haute du thorax. Ses ailes sont noires," a-t-il détaillé.

Des spécimens de ce moustique, un insecte urbain qui vit particulièrement dans les villes côtières, "ont été capturés cette année dans plusieurs communes de la wilaya (plus d'une dizaine), dont Akerrou (daïra d'Azeffoune) où il a même piqué une femme enceinte qui a vite consulté et a été soignée", a souligné le chef du service prévention et chargé du programme zoonoses à la DSP, ajoutant que ce mercredi même un autre spécimen a été capturé dans la ville de Larbaa n'Ath Irathen.

Etant au stade primaire, donc de prévention, Dr. Oulamara a souligné l'importance de l'implication de tous les secteurs concernés dans cette démarche dont la santé, les communes (bureaux d'hygiène), la DSA, l'environnement (pour l'éradication des décharges sauvages) et l'urbanisme (pour la fermeture des vides sanitaires).

Soulignant que ce moustique à besoin d'humidité pour proliférer et qu'il est actif à l'aube et au crépuscule, et vu que les agriculteurs qui irriguent leurs cultures le font à l'aube, il a recommandé à ces derniers d'être vigilants et de se protéger en mettant une tenue spéciale qui leur permettra notamment de se couvrir les jambes et les bras, endroits du corps humain que la femelle pique généralement.

Il a aussi recommandé de pratiquer une irrigation par alternance, le chaulage des alentours de points d'eau (retenues collinaires, barrages, forages), de couvrir tous les contenants d'eau et de tout assécher à l'extérieur (flaques d'eau) comme à l'intérieur des maisons. Il a aussi conseillé l'élimination de gravats, l'éradication des décharges sauvages et de fermer les bouteilles d'eau avant de les jeter, car ils peuvent constituer des niches de prolifération au moustique tigre.

Dr. Oulamara a demandé à ceux qui capturent ou observent un moustique tigre qui vit entre mai et novembre, car ne supportant pas le froid, de le remettre ou d'informer l'Etablissement publique de santé de proximité (EPSP) le plus proche et à toute personne piquée de se faire soigner rapidement pour éviter les complications que la piqûre peut entraîner et qui peuvent aller jusqu'à la paralysie du membre piqué.

Le directeur des services agricoles, a donné des instructions au subdivisionnaires de sensibiliser les agriculteurs, notamment ceux qui sont concernés par l'irrigation de couvrir les contenants d'eau, de chauler autour des points d'eau et de tout sécher pour éviter la stagnation de eaux.

Vingt (20) regroupements, a-t-il dit, seront organisés par la DSA en collaboration avec la DSP et la Direction de l'environnement à travers la wilaya dans le cadre de la campagne de sensibilisation.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.