Gabon: Malinga - Un jeune se donne la mort par pendaison

Il y a quelques jours que Gabriel B L, un jeune homme d'une vingtaine d'années a été retrouvé mort par pendaison dans la chambre qu'il partageait avec sa petite amie. Une tragédie qui soulève beaucoup d'interrogations chez les populations de Malinga. C'est dans la province de la Ngounié .

De ce qui nous a été rapporté, le fils du chef de département de la contrée de Malinga souffrait d'une hernie non traitée. Sa partie génitale grossissait à chaque fois qu'il avait envie d'une femme et il n'en pouvait plus de cette maladie. Ce qui l'aurait poussé à se donner la mort.

La veille de sa mort, il aurait demandé à avoir un rapport avec sa petite amie et mère de son nourrisson. C'était chose faite. C'est en demandant un autre rapport que la maladie se serait manifestée et son sexe commençait à grossir. De là une scène de ménage est née au petit matin, et son amie se serait donc rapproché du père de son partenaire pour se plaindre du comportement étrange de son fils. C'est de retour dans la chambre conjugale qu'elle aurait été surprise de retrouver son partenaire pendu à un gratte corps d'au moins 50cm. Ce sont les cris et les pleures qui auraient alerté les villageois. La gendarmerie serait juste venue constater le décès.

Bien que tout laisse penser à un suicide et que l'hypothèse du crime est écartée, les parents du défunt exigent tout de même justice sous peine de représailles. Les interrogations taraudent les esprits et les soupçons sont tournées vers la petite amie du défunt étant donné que sa grand-mère est morte il y a deux mois dans le village de Moukouagna par pendaison également.

Gabriel B L a été inhumé en début de soirée du jour de sa mort, car comme l'exige la tradition chez le peuple de la Ngounié au sud du Gabon, un suicidaire ne peut être gardé au risque d'appeler les mauvais esprits qui l'ont poussé au départ. Entre mysticisme et réalité, la population malinoise est confuse et chacun essaye de trouver des explications. L'affaire est aux mains des forces de l'ordre afin de poursuivre les enquêtes et mettre la lumière à toutes les interrogations.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.