Congo-Kinshasa: La fin d'Ebola déclarée dans l'est de la RDC mais le virus persiste dans le nord-ouest du pays

Archive - Une équipe de vaccination contre le virus Ebola de l'Organisation mondiale de la santé travaille à Butembo, en République démocratique du Congo, en janvier 2019.
25 Juin 2020

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a officiellement déclaré jeudi la fin de l'épidémie d'Ebola dans l'est du pays.

Il aura fallu près de deux ans de lutte pour venir à bout de la dixième épidémie d'Ebola dans l'est de la RDC. Le chef du Bureau des Nations Unies pour la réponse d'urgence à l'épidémie d'Ebola (UNEERO), Abdou Dieng, a félicité les autorités, les partenaires, les travailleurs de santé et les communautés.

« Nous sommes dans le pays qui a vu naître ce virus en 1976 et qui a le plus de connaissance à son sujet. Avant même que nous ne mettions fin à la dixième épidémie, la onzème a déjà commencé à Mbandaka. Malgré cela, les communautés doivent savoir qu'elles peuvent aujourd'hui guérir de la maladie », a dit M. Dieng.

La fin de cette dixième épidémie marque un tournant dans la lutte contre Ebola et symbolise un nouvel espoir dans un pays où le virus est devenue endémique. Grâce à l'utilisation de vaccins et traitements, un tiers des personnes affectées ont pu être sauvées.

« Nous avons la chance d'avoir les traitements nécessaires, des laboratoires décentralisés, des équipes locales compétentes, formées et prêtes à intervenir. Aujourd'hui il faut que les populations aient le réflexe de chercher de l'aide dès les premiers symptômes », a insisté M. Dieng.

Malgré les avancées médicales, cette épidémie aura été la plus meurtrière de l'histoire de la RDC avec un bilan de plus de 2.200 morts. Un des principaux obstacles pendant la riposte à Ebola aura été l'insécurité avec plus de 300 attaques sur les structures de santé et 11 morts parmi le personnel médical et les patients. L'est du pays frappé par l'épidémie est connu pour son instabilité avec 125 groupes armés évoluant dans la zone. Mais au-delà de la violence armée, c'est la méfiance et le rejet des communautés auxquels la riposte a dû faire face et s'adapter.

« Une des plus grandes leçons apprises est d'écouter et impliquer les communautés à temps dans le dialogue et la planification de la riposte. Il est essentiel de donner aux populations l'opportunité de s'approprier la riposte, sans quoi, nous risquons d'être contre-productifs », a expliqué M. Dieng qui souligne les efforts de transfert de capacités entrepris envers les équipes locales.

« Il faut que les Congolais sachent reconnaître et répondre à la maladie rapidement »

Avant même l'annonce de la fin de la dixième épidémie d'Ebola en RDC, un autre foyer d'Ebola a été identifié à Mbandaka, dans la province de l'Equateur, (nord-ouest du pays) à plus de 1.000 kilomètres de l'est du pays. Les expériences et les leçons tirées de cette dixième épidémie d'Ebola doivent être prises en considération au plus tôt dans la conception et la mise en œuvre de la riposte à la onzième épidémie, souligne l'ONU.

« Ebola est endémique dans le pays et il faut que les Congolais sachent reconnaître et répondre à la maladie rapidement », a déclaré M. Dieng.

La mise en place de la période de surveillance de 90 jours ainsi qu'un suivi continu et régulier des survivants au virus sont essentiels pour détecter des cas à temps et les contenir rapidement. La RDC est en proie à deux épidémies simultanées : Ebola qui frappe aujourd'hui Mbandaka dans la province de l'Équateur et la pandémie de Covid-19, sans compter les autres maladies comme la rougeole ou le paludisme qui continuent de faire des victimes dans le pays.

« L'épidémie d'Ebola a fortement affecté un système de santé déjà très faible, les communautés déjà pauvres, ont perdu de leurs revenus, les ressources en eau ont été affectées », a rappelé M. Dieng. « Il n'y a certes plus de cas d'Ebola dans l'est du pays mais les conséquences de la maladie sur les communautés et les 1.100 personnes qui ont survécu nécessitent encore un soutien continu », signale le chef d'UNEERO.

Si l'est de la RDC peut aujourd'hui célébrer la fin de la dixième épidémie d'Ebola, une myriade de défis persistent dans la région : situation sécuritaire instable, insécurité alimentaire, pauvreté et bien d'autres fléaux auxquels les populations sont confrontées.

« Nous avons pu mettre fin à cette épidémie d'Ebola mais les besoins des communautés restent incommensurables et la communauté internationale doit s'engager à continuer à soutenir les communautés dans la prévention d'Ebola et au-delà », a insisté M. Dieng.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.