Afrique: Au-delà de leur résolution, s'attaquer aux causes profondes des conflits

interview

--Hanna Tetteh, Représentante Spéciale du Secrétaire-Général des Nations Unies auprès de l'Union Africaine

Hanna Tetteh Est Le Secrétaire Général Adjoint Des Nations Unies Et La Représentante Spéciale Du Secrétaire général Auprès De L'union Africaine. En Tant Que Chef Du Bureau Des Nations Unies Auprès De L'union Africaine (Unoau), Mme Tetteh S'est Entretenue Avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau Sur, Entre Autres, L'état Actuel Du Partenariat Onu-Ua Et La Manière Dont Les Femmes Et Les Jeunes Peuvent Aider À Résoudre Les Conflits. Voici Des Extraits De L'entretien :

Comment se déroule le partenariat entre les Nations Unies et l'Union Africaine ?

Il existe actuellement trois partenariats entre l'ONU et l'UA : le Partenariat pour l'Intégration et le Développement de l'Afrique (PAIDA), le Partenariat pour la paix et la sécurité, le programme pour le développement durable en 2030 et le Programme 2063 de l'Union africaine. Un quatrième partenariat, sur les droits de l'homme, a été négocié mais n'a pas encore été signé. Le partenariat qui est largement mis en œuvre par l'UNOAU est celui sur la paix et la sécurité, et il joue sur la force de l'UA parce qu'il a été plus fructueux jusqu'à présent en tant qu'organisation politique qu'en tant qu'organisation d'intégration économique. Nous effectuons des analyses communes et adoptons des positions communes, et nous avons réalisé des progrès.

Quels sont les défis ou les opportunités du partenariat ONU-UA ?

Avec chaque partenariat, vous n'allez pas vous entendre sur tous les points. Mais nous avons eu davantage de consensus que de désaccords. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec l'IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l'Est), pour aider à résoudre le deuxième cycle de conflit au Soudan du Sud. Cela a abouti à la mise en place d'un nouveau gouvernement de transition cette année.

L'année dernière, nous avons travaillé ensemble sur la République centrafricaine pour négocier un nouvel accord de paix. Nous attendons avec impatience les élections dans ce pays dans le courant de cette année, en supposant que la COVID-19 le permette. Nous soutenons l'AMISOM (Mission de l'Union Africaine en Somalie). La force de l'UA apporte un soutien militaire au processus de transition. L'UNSOM (la Mission d'Assistance des Nations Unies en Somalie) et l'AMISOM aident à l'engagement politique et à la logistique. Nous avons été mis au défi par le processus en Libye où l'UA voudrait être plus proactive dans la résolution du conflit. Même dans ce cas, nous avons fait des progrès significatifs à la suite du sommet sur la paix qui s'est tenu à Berlin en janvier 2020.

Quel est l'impact de la COVID-19 sur la paix et la sécurité en Afrique ?

Les pays en conflit ont déjà des problèmes d'infrastructures et de ressources : installations de soins de santé insuffisantes et faible nombre de personnel médical, etc. Et puis la COVID-19 est arrivée à nos portes. De plus, la plupart des pays africains, en conflit ou non, ont une économie informelle importante où, si les gens ne travaillent pas dans une journée, ils ne peuvent pas se nourrir. Ainsi, les fermetures ont mis à rude épreuve la vie des gens, en particulier ceux du secteur informel. Dans les pays où des élections sont imminentes, la pandémie constitue un défi car le virus est transmis par contact humain, ce qui se produit lors des événements de campagne. Nous avons encore une quinzaine d'élections à venir cette année, et des protocoles de santé appropriés seront nécessaires pour protéger les gens.

Le plan de relance post-COVID-19 pourrait-il être une occasion pour l'Afrique de mieux reconstruire ?

Oui, mais cela dépendra des choix politiques des États membres, ainsi que des ressources dont ils disposent. Quelques pays sont des pays à revenu intermédiaire - revenu intermédiaire supérieur ou revenu intermédiaire inférieur. Ces pays ont la résilience et les ressources nécessaires pour prendre des mesures de prévention, de réaction et de relance. Mais les PMA (pays les moins avancés), dont les économies sont beaucoup plus fragiles, auront besoin de beaucoup de préparation pour élaborer des réponses politiques appropriées qui n'exigent pas un énorme déploiement de ressources. La communauté internationale du développement peut aider ces pays à mieux reconstruire.

Les institutions panafricaines telles que l'UA ont-elles un rôle à jouer pour reconstruire en mieux ?

Comme je l'ai mentionné, l'UA a été davantage une organisation politique qu'économique. Mais son agence de développement (l'Agence de Développement de l'Union Africaine (AUDA-NEPAD) et d'autres institutions panafricaines telles que la Banque africaine de développement et, du côté des Nations Unies, la Commission économique pour l'Afrique, peuvent aider les pays à élaborer des réponses politiques.

Comment se déroule la campagne "Faire taire les armes en 2020" ?

La campagne " Faire taire les armes en 2020 " est le thème de l'UA pour cette année, c'est pourquoi elle suscite beaucoup d'attention. Mais la campagne a débuté en 2013, lors du 50e anniversaire de l'UA (anciennement l'Organisation de l'Unité Africaine). L'idée était d'accélérer les efforts pour mettre fin aux conflits par la médiation. Dans certains cas, comme au Sud-Soudan, des progrès ont été réalisés. Dans certains cas, comme pour le Sahel, nous n'avons pas accompli les progrès souhaités. Nous constatons également que les conflits s'étendent à d'autres pays que le Mali-Niger et que le Burkina Faso est le plus vulnérable ces derniers temps. Je ne pense pas que nous puissions faire taire toutes les armes cette année en raison de tous les défis, mais c'est une aspiration valable.

Que peut-on faire de plus pour faire taire les armes en Afrique ?

Il faut accélérer les efforts de médiation. Il n'est pas facile de faire de la médiation dans la manière dont nous avons cette conversation (par vidéoconférence). Lorsque vous voulez réunir les acteurs politiques et les communautés, vous organisez des discussions en face à face qui permettent aux gens de parvenir à des accords, puis vous les soutenez pour mettre en œuvre ces accords. La COVID-19 remet en question ce type de soutien et d'intervention.

Envisagez-vous une Afrique sans guerre ?

Il existe un espoir car les deux ou trois dernières décennies ont été marquées par des progrès politiques et une croissance économique considérables, et plusieurs conflits ont pris fin. Mais nous devons regarder au-delà de la simple fin des conflits pour nous attaquer à leurs causes profondes. Et les causes profondes des conflits résident dans la mauvaise gouvernance qui crée des inégalités et ne favorise pas la croissance et le développement des populations. Il est important que nous réalisions que la paix n'est pas un état qui, une fois atteint, peut être considéré comme acquis. Même les pays qui sont relativement stables ont besoin de conditions qui contribuent à consolider et à renforcer la paix et la stabilité - bonne gouvernance, intégration, institutions fortes, État de droit, etc.

L'Afrique avance-t-elle dans la bonne direction, si l'on considère qu'il y a plus de démocraties aujourd'hui qu'il y a, disons, 20 ans ?

Le fait que nous ayons plus de démocraties aujourd'hui qu'il y a 20 ans est un bon signe. Mais des élections régulières ne sont pas en soi synonymes de démocratie. La démocratie, c'est le respect des droits de l'homme, la bonne gouvernance, des institutions réactives avec lesquelles les gens peuvent interagir, y compris un cadre pour la protection de la stabilité par l'ordre public, afin que les gens puissent vaquer à leurs occupations quotidiennes et réaliser leurs rêves et leurs aspirations.

Comment la COVID-19 affecte-t-elle les réfugiés, les migrants et les personnes déplacées en Afrique ?

Dans certains cas, la pandémie a aggravé la situation. Comme le nombre de cas a augmenté dans certains pays, la réponse a consisté à expulser les migrants en situation irrégulière. Et dans les camps de réfugiés, en particulier dans les zones en conflit ou sortant d'un conflit, il a été difficile d'empêcher la propagation de la COVID-19. L'OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) a exhorté les pays à respecter les droits des réfugiés et à fournir les installations nécessaires pour les protéger de la maladie. L'OIM a également demandé l'arrêt de l'expulsion des migrants en situation irrégulière à l'heure actuelle de la COVID-19.

Dans une perspective de paix et de sécurité, quels sont les défis qui peuvent entraver la mise en œuvre réussie de l'Accord de libre-échange continental africain (ALEAC) ?

Le défi pour l'ALEAC n'est pas tant la paix et la sécurité que la conclusion des négociations sur les règles d'origine. Il s'agit également de veiller à ce que l'accord soit mis en œuvre d'une manière qui profite aux économies. Car, rappelons-le, l'ALEAC est une expérience très ambitieuse visant à encourager le commerce entre les nations africaines. Certains pays peuvent perdre des recettes douanières, et ces pays doivent donc voir les avantages du libre-échange.

Que pensez-vous du rôle des femmes dans la paix et de la sécurité en Afrique ?

Malheureusement, les femmes ne sont pas suffisamment prises en compte, et il faut y remédier. Pour instaurer une paix et une sécurité durables dans les pays ou les communautés en conflit, il faut négocier un accord de paix et un processus de réconciliation - qui implique les hommes et les femmes. Dans les cas où vous essayez de reconstruire des communautés, il faut que la communauté dans son ensemble participe pour que la paix soit consolidée. L'ONU a soutenu le projet de l'UA de développer une cohorte de médiatrices - FemWise Africa - qui sera déployée dans les pays afin de s'assurer que davantage de femmes et de jeunes gens participent aux processus de médiation et de consolidation de la paix.

Les jeunes ont-ils un rôle à jouer dans la prévention, voire la résolution des conflits ?

Absolument. On ne peut pas construire la paix sans encourager les jeunes à participer au processus de consolidation de la paix. Ce sont eux qui sont recrutés comme combattants irréguliers. Vous devez penser au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration dans les communautés. Vous vous assurerez qu'ils n'ont pas la motivation nécessaire pour faire partie d'organisations qui terrorisent les communautés. Vous souhaitez qu'ils fassent partie de l'économie productive.

Quel est votre message aux Africains en ces temps difficiles ?

Nous sommes un continent très fort et très résistant. Nous avons déjà traversé des périodes difficiles. Nous avons plus de démocraties maintenant et nous avons aussi connu une croissance économique. Nous devons nous engager à reconstruire nos pays et à créer une plateforme d'intégration inclusive. Nous sommes un continent composé de multiples ethnies, et notre diversité devrait être notre force. De la même manière que nous condamnons les actes de discrimination dans d'autres parties du monde, nous ne devrions pas faire de discrimination entre nous sur la base de l'ethnicité. C'est un aspect important pour promouvoir notre croissance et développement et pour renforcer la paix.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.