Congo-Kinshasa: Fin officielle de l'épidémie d'Ebola dans l'est du pays

Archive - Une équipe de vaccination contre le virus Ebola de l'Organisation mondiale de la santé travaille à Butembo, en République démocratique du Congo, en janvier 2019.

Cette épidémie sévissait dans trois provinces, le Sud-Kivu, le Nord-Kivu et l'Ituri, et a fait au moins 2 277 victimes. Selon le ministre congolais de la Santé, le docteur Eteni Longondo, il s'agit de l'épidémie la plus meurtrière et la plus longue, qu'ait connu le pays.

Tout semblait être réuni pour faire de cette épidémie Ebola dans l'Est l'une des crises sanitaires les plus importantes connues en RDC. Pendant environ 22 mois, les équipes de riposte ont fait face à une grande résistance de la part des populations dans une zone très dense, frontalière avec cinq pays et marquée par l'insécurité.

Plusieurs installations sanitaires destinées à la lutte contre Ebola ont été ciblées et détruites par des groupes armés. Lors d'une attaque particulièrement violente en novembre 2019, à Biakato en Ituri, trois agents impliqués dans la riposte anti-Ebola ont été tués par une milice locale. Six mois plus tôt, un épidémiologiste camerounais travaillant pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est également décédé lors de l'attaque d'un hôpital à Butembo.

Deux vaccins utilisés

L'histoire de cette épidémie dans l'est du pays, c'est également celle de quelques avancées scientifiques. Certains experts parlent d'un tournant dans la lutte contre Ebola. Sur près de 3 400 cas, 1 171 personnes ont été guéries. Un médicament, le Mab 114, fruit de la collaboration entre les chercheurs congolais et américains a été expérimenté avec succès, selon le ministère de la Santé. Et deux vaccins ont également été utilisés pour stopper la propagation de la maladie.

Il reste toutefois un foyer d'Ebola dans la province de l'Équateur, dans le nord du pays. Déclarée depuis le 31 mai, cette nouvelle épidémie a déjà fait 13 morts.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.