Comores: La France condamnée par la justice européenne pour l'expulsion d'enfants vers les Comores

La France a été sévèrement condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), ce jeudi, pour la rétention et l'expulsion de deux enfants de 3 et 5 ans entrés illégalement à Mayotte en 2013. L'État devra donc payer 22 500 euros aux deux enfants et à leur père pour préjudice moral.

En novembre 2013., les deux enfants partent des Comores à bord d'un kwassa-kwassa, une embarcation de fortune, pour tenter de rejoindre leur père qui réside à Mayotte légalement depuis 1994. À bord, ils ne connaissent personne.

Les 17 passagers sont interpellés en mer par les autorités françaises et placés dans un centre de rétention. Le jour même, les enfants sont rattachés administrativement à l'un des autres migrants et renvoyés aux Comores, sans que leur père n'ait pu prendre contact avec eux.

Traitements inhumains et dégradants

La Cour a constaté sept violations de la Conventions européenne des droits de l'homme par l'État français, notamment ceux sur l'interdiction des traitements inhumains et dégradants, sur le droit à la liberté et à la sûreté ou sur le droit au respect de la vie privée et familiale. Dans sa décision, elle estime que « l'éloignement des deux enfants, d'un très jeune âge, qu'aucun adulte ne connaissait ni n'assistait, a été décidé et mis en œuvre sans leur accorder la garantie d'un examen raisonnable et objectif de leur situation ». Cela « n'a pu qu'engendrer stress angoisse et avoir des conséquences particulièrement traumatisantes pour leur psychisme ».

Le défenseur des Droits, en France, a salué, dans un communiqué, l'arrêt de la CEDH. Il déplore que « depuis plusieurs années Mayotte reste une terre d'exception où l'enfermement des enfants est la règle ». Il demande à ce que « cesse immédiatement » le « rattachement fictif d'enfants à des tiers » en vue de leur expulsion.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.