Seychelles: Le Président - 9 nouveaux cas de COVID-19 aux Seychelles - La juge en chef démissionne

Neuf nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés aux Seychelles, a déclaré jeudi le président Danny Faure lors d'une conférence de presse en direct.

M. Faure a effectivement annoncé six nouveaux cas un jour après que l'autorité sanitaire a confirmé trois cas parmi les marins nouvellement arrivés, ce qui porte le total à neuf. Les cas se sont produits parmi les 205 marins des pays d'Afrique de l'Ouest qui sont arrivés mardi pour un changement d'équipage pour 26 navires espagnols pêchant actuellement du thon dans les eaux des Seychelles.

Le chef de l'Etat a déclaré que si la pandémie ravage encore le monde, il est important de protéger le pays. Dans le même temps, il a déclaré que l'économie ne pouvait pas fermer car cela entraînerait de graves conséquences économiques.

«Nous ne pouvons pas arrêter les entreprises. Le pays est à un moment où nous ne pouvons pas faire cette erreur. Ce que nous devons faire, c'est gérer.

Lorsque les Seychelles comptaient 11 cas, le monde comptait 1 million de cas, aujourd'hui, alors que nous avons au total 20 cas, le monde en compte 9 millions.

Cela signifie que nous vivons dans un monde où cela continuera. Il est donc important que nous vivions dans un monde où règne un équilibre où les activités économiques se poursuivent ", a expliqué M. Faure.

Tous les 11 patients antérieurs atteints de COVID se sont rétablis.

Par ailleurs, le chef de l'Etat a également confirmé que la juge Mathilda Twomey avait remis sa démission qui entrera en vigueur en septembre. Mme. Twomey est juge en chef de la nation insulaire depuis août 2015.

"J'ai un grand respect pour la juge en chef et nous avons de bonnes relations de travail. Elle a fait une déclaration lors de la réouverture des tribunaux sur sa décision et elle a également expliqué pourquoi elle avait pris la décision de démissionner cette année. Je peux confirmer que j'ai reçu une lettre officielle d'elle à ce sujet ", a expliqué M. Faure.

Le chef de l'Etat a déclaré qu'il rencontrera plus tard la juge Twomey pour discuter du contenu de sa lettre.

Concernant la question des navires de l'Union européenne pêchant le thon dans les eaux des Seychelles, M. Faure a confirmé que le gouvernement envisage la possibilité d'avoir sa propre flotte de thoniers.

"Une flotte de thoniers est sur la table. Le ministre Bastienne (ministre pour l'agriculture et la pêche) et le président de la SFA (Seychelles Fishing Authority) y travaillent mais ce n'est pas quelque chose qui se passera demain mais c'est sur le table en discussion en ce moment ", a expliqué M. Faure.

Compte tenu de la situation économique désastreuse en raison de l'effet paralysant de COVID sur le tourisme, le président a averti que les personnes du secteur public travaillant pour le gouvernement des Seychelles - 115 îles de l'ouest de l'océan Indien - courent le risque de perdre leur emploi.

"L'ampleur de la crise économique aux Seychelles exigera que la taille du gouvernement soit examinée si la crise continue. Si la situation économique et financière se détériore, cela exigera que des ajustements soient effectués. Et la façon dont les ajustements sont effectués est tout aussi important." Mais pour l'instant, ce n'est pas sur la table. Mais si la situation économique et financière se détériore, ce sera inévitable ", a-t-il expliqué.

Le président a averti que la pandémie a mis le pays en crise et que si la situation continue, la nation insulaire sera confrontée à des temps plus difficiles.

Concernant la question de l'élection présidentielle, M. Faure a déclaré qu'il est important de respecter le processus électoral en place car les dates provisoires des élections présidentielles ont été annoncées pour octobre.

Interrogé sur son colistier, M. Faure est resté évasif sur qui il était, mais a confirmé qu'il en avait un. "Qui est mon colistier? Cela sera révélé au moment opportun", a-t-il déclaré.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.