Togo: L'État oriente les producteurs vers les filières riz,soja, sésame, anacarde et coton.

Le Togo est un pays agricole ! Et l'agriculture contribue à plus de 40% du PIB du Togo et emploie près de 65% de sa population active. Non seulement elle assure la stabilité sociale, améliore la sécurité alimentaire mais également augmente la croissance économique nationale ; C'est pourquoi l'Etat mise gros dessus.

"Accompagner les acteurs du secteur agricole dans la production de certaines filières dont les marchés sont disponibles", se propose de faire l'Etat togolais. Il s'agit des cultures comme le riz, le soja, le sésame, l'anacarde et le coton.

La tournée nationale de vulgarisation des résultats d'analyses des sols agricoles du Togo que fait le Ministère de l'Agriculture, de la Production Animale (MAPAH), vise autant à faire connaître la vision du Gouvernement de faire de l'agriculture, le levier de développement durable pour garantir davantage la sécurité alimentaire, créer des emplois et améliorer les conditions de vie des producteurs.

La campagne agricole 2020-2021 connaît déjà quelques actions menées par le Gouvernement. Il s'agit entre autres de la mise à disposition des intrants agricoles de qualité, notamment des engrais et des semences sélectionnées en quantité, des investissements dans la recherche agricole et dans la promotion de l'innovation technologique, le déploiement des tracteurs dans les différentes localités, l'octroi des crédits agricoles, aménagements des sites agricoles, l'accompagnement des producteurs par les techniciens de l'ICAT, ITRA, MIFA pour mieux respecter les itinéraires techniques, le projet de la carte de fertilité des sols.

Le Togo entend aussi réduire le volume des importations du riz au profit de l'augmentation de sa production locale ; C'est pour aller dans le sens de l'accomplissement de cette vision que le Gouvernement continue l'aménagement des bas-fonds sur toute l'étendue du territoire nationale.

Le Gouvernement s'assure du bon fonctionnement des sites aménagés par les descentes sur le terrain. A titre d'exemple, dans la Préfecture de Dankpen, dans le village Tchirkpambou, le projet PADAT a aménagé plus de 14,3 ha pour les groupements et la principale spéculation cultivée est le riz. D'autres bas-fonds aménagés bénéficieront pareillement de ce projet d'accompagnement.

Avec un rendement avoisinant 3 tonnes par hectare, la production est même déjà sur le marché local.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.