Libye: Crise libyenne-règlement - Une convergence de vues grandissante sur la solution politique

Alger — La tendance à la convergence des points de vue autour d'une solution politique à la crise en Libye s'accélère tant au niveau international que régional à mesure que les efforts diplomatiques s'intensifient en vue de ramener la paix dans le pays en proie à des violences depuis 2011.

Le dernier signe de convergence autour du processus politique en Libye a été observé lorsque le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'entente nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, Fayez Al Sarraj, et la représentante spéciale et chef par intérim de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Stéphanie Williams, ont abordé lors de leur rencontre samedi à Rome les derniers développements de la situation en Libye et les efforts de l'ONU visant à y reprendre le processus politique.

Al-Sarraj qui s'est entretenu également avec Giuseppe Conte, a mis l'accent sur "l'impossibilité de résoudre militairement la crise libyenne", soulignant la nécessité "de travailler sur une voie politique qui assure la stabilité conformément au résolutions du Conseil de sécurité et aux résultats de la Conférence de Berlin".

Dans cette optique, l'Union européenne (UE) a une nouvelle fois rappelé son attachement au règlement de la crise libyenne dans le cadre "du processus mené par les Nations Unies" et suivant les recommandations de la Conférence de Berlin sur la Libye.

La MANUL a souligné qu'une "solution politique" à la crise en Libye reste à portée de main et qu'elle demeure, "comme toujours", prête à organiser un processus politique pleinement ouvert et dirigé par les Libyens".

A ce titre, la MANUL appelle les parties libyennes à s'engager "rapidement" et de manière "constructive" dans les pourparlers de la Commission militaire mixte afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu durable. "Les pourparlers de la Commission militaire mixte doivent s'accompagner d'une mise en œuvre ferme et du respect de l'embargo des Nations Unies sur la Libye récemment renouvelé", a souligné la mission.

La mission onusienne rappelle à "toutes les parties en Libye la nécessité de respecter l'état de droit, le droit international relatif aux droits de l'homme et le droit humanitaire pour protéger les civils et les infrastructures civiles, y compris les établissements de santé, les écoles, les centres de détention, en particulier à la lumière de la pandémie de Covid-19".

A ce propos, le Commissaire à la paix et à la sécurité estime que l'initiative algérienne de règlement de la crise en Libye, compte tenu de sa qualité de membre dans le Comité de Haut Niveau ainsi que dans le Groupe de Contact de l'UA sur la Libye, "dispose de tous les atouts de la réussite".

La réussite de l'approche algérienne s'explique, selon M. Chergui, par "l'adoption par l'Algérie de la solution politique pour la crise libyenne, une solution respectant la volonté du peuple libyen, son unité et sa souveraineté territoriale, c'est-à-dire à travers un dialogue inter-libyen mené par les Libyens eux-mêmes".

A La Une: Libye

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.