Sud-Soudan: Les autorités sud-soudanaises font un geste d'apaisement envers la RDC

Un otage, des armes et des biens pillés en Ituri par la SPLA, l'armée du Soudan du Sud, ont été remis aux autorités congolaises. Mais le problème n'est pas pour autant éliminé.

L'otage est un jeune homme de 19 ans. Il avait été enlevé le 13 juin après une double incursion de l'armée sud-soudanaise dans les localités frontalières de Kengezi-Base et Karagba, en Ituri. Une arme AK-47 et du matériel de l'équipe de riposte du Covid-19 - deux motos, des thermoflashs et des téléphones - ont été également restitués à cette occasion.

Conscientes des abus commis en nombre par leurs militaires, les autorités du Soudan du Sud ont promis de remettre d'autres biens pillés en RDC par leurs militaires.

Violations récurrentes

Jean Bamanisa, le gouverneur de la province de l'Ituri, évoque des incursions récurrentes de l'armée voisine. « Plusieurs villages congolais situés le long de la frontière en font les frais. Sous le prétexte d'éliminer l'insécurité dans la zone, les militaires sud-soudanais violent continuellement le territoire congolais. »

« Ils prétendent être à la recherche des rebelles qui se cacheraient parmi les réfugiés installés chez-nous », explique une source de l'armée congolaise en Ituri. Selon la même source, il arrive qu'en rentrant chez eux, ces militaires emportent des chèvres, des poules et bien d'autres effets appartenant aux villageois congolais. « Nos autorités doivent tout faire pour renforcer la présence militaire de ce côté », plaide le gouverneur Bamanisa.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.