Congo-Kinshasa: Situation politique de l'heure - LCM recadre le FCC

Le Front commun du Congo (FCC) de l'ancien président Kabila et Cap pour le changement (CACH), la plateforme politique du président Félix Tshisekedi, ont signé un accord de coalition gouvernementale.

Dans une déclaration datée du 28 juin 2020, Le Changement en Marche (LCM) a, à travers son Coordonnateur national, Me John Mbaya Ntita, invité le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à demeurer vigilants et à barrer la route «fossoyeurs de l'Etat de droit». Par la même occasion, LCM s'insurge contre les atermoiements du FCC dont il condamne les dernières sorties médiatiques relatives aux propositions de lois présentées, à la Chambre basse du Parlement, par deux de ses membres, à savoir : les Députés nationaux Aubin Minaku et Garry Sakata.

Au point 2 de ce communiqué, LCM martèle que l'indépendance de la justice constitue le socle de l'Etat de droit voulu par le peuple congolais et en cours de matérialisation par le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi.

«Le LCM s'insurge aussi contre les messes noires orchestrées par les ennemis du Peuple Congolais et de la démocratie qui sont déterminés à assassiner l'Etat de droit naissant porté par le Président de la République, Chef de l'Etat, et à nous replonger dans les affres de la dictature qui avait chosifié l'homme congolais». Est-il écrit, noir sur blanc.

Par ailleurs, Me John Mbaya Ntita a condamné la violation flagrante de la Constitution notamment, en son article 115, en ce sens que le Parlement congolais siège actuellement en toute illégalité étant entendu que la session ordinaire du 15 mars 2020 a pris fin depuis le 15 juin 2020.

LCM accuse le FCC, famille politique chère à Joseph Kabila, de souffler le chaud et le froid. Histoire de détourner l'attention de l'opinion nationale et internationale sur les motivations réelles de leurs démarches dont celle de «museler l'appareil judiciaire pour se protéger contre les conséquences des méfaits de 18 ans de leur gestion calamiteuse et prédatrice de notre pays».

LCM tient à rappeler également que le FCC et le PPRD sont les grands bénéficiaires de la Coalition FCC - CACH, étant entendu que celle-ci leur sert de bouclier face à la vindicte populaire, pour le moment contenu, poursuit le même communiqué. Il se réjouit de la manière dont les magistrats congolais se sont distingués dans le traitement des dossiers judiciaires relatifs au programme de 100 jours du Chef de l'Etat.

Enfin, LCM dont la vision s'inscrit dans la rupture d'avec les anciennes pratiques, exige la démission pure et simple du Vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, qui, à ses yeux, s'est montré indigne de la fonction qu'il occupe.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.