Burkina Faso: 28e Assemblée générale des sociétés d'Etat - Les organes dirigeants invités à une mise en œuvre stricte des conclusions

Les sociétés d'Etat ont clos les travaux de leur 28e Assemblée générale, en présence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le 26 juin 2020, à Ouagadougou.

La 28e Assemblée générale des sociétés d'Etat (AG-SE) du Burkina Faso s'est terminée le 26 juin 2020, sur une noté de satisfaction globale. « Sur les 21 sociétés d'Etat, 18 sont bénéficiaires avec un net bénéficiaire d'environ 190 millions FCFA.

Trois sont déficitaires avec un déficit cumulé d'environ 700 millions FCFA », a indiqué le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré. Ces performances, acquises dans un environnement des moins aisés, n'ont pas laissé le chef du gouvernement indifférent.

« Je suis satisfait des résultats auxquels nous sommes parvenus. Car malgré un contexte sécuritaire très difficile et une situation sociale très compliquée, les sociétés ont réussi à faire un résultat positif à la fin de 2019.

Ce sont les efforts fournis par les organes dirigeants de ces sociétés qui nous ont permis d'aboutir à ces résultats », a martelé Christophe Joseph Marie Dabiré.

Les 48 heures d'exercice de reddition de compte ont permis à l'AG-SE d'examiner et d'approuver les rapports du Cadre de concertation des sociétés d'Etat (CC-SE), du Haut comité de suivi (HCS) de l'application du Code de bonnes pratiques de gouvernance des sociétés d'Etat, la présentation de l'évaluation de l'impact de la COVID-19 sur les sociétés d'Etat.

Il en a été de même pour les rapports de gestion des conseils d'administration, des commissaires aux comptes, le rapport circonstancié de la Caisse nationale d'assurance maladie universelle et des projets de résolution.

A l'issue des travaux et dans le sens d'améliorer la gouvernance et la performance des sociétés à capitaux publics, 43 résolutions, dont 12 communes et 31 individuelles, ont été adoptées. Le Premier ministre a invité les organes dirigeants des entreprises publiques à une mise en œuvre stricte des conclusions de la rencontre.

Mettre en œuvre scrupuleusement les résolutions

La finalisation du référentiel d'élaboration des contrats-plans entre l'Etat et les sociétés d'Etat, la signature des contrats d'objectifs entre le directeur général et la société en lieu et

Les organes dirigeants des sociétés d'Etat ont été invités à une stricte mise en œuvre des 43 résolutions (communes et individuelles) adoptées à l'issue de la 28 AG-SE.

place des lettres de mission, la poursuite de la mise en œuvre des outils du code de bonnes pratiques de gouvernance, la nécessaire maîtrise des charges de fonctionnement, sont également des sujets sur lesquels Christophe Dabiré a interpellé les entreprises publiques.

Pour ce qui est des dettes de l'Etat vis-à-vis des entreprises publiques, M. Dabiré a soutenu que son gouvernement respectera ses engagements.

« Les sociétés à capitaux publics ont leur rôle à jouer dans le processus de développement économique et social du Burkina Faso.

L'Etat va payer ses dettes, car on ne peut pas leur confier des missions de développement et ne pas leur donner les moyens nécessaires », a-t-il renchéri. Et sur l'impact de la maladie à coronavirus, il a appelé à imaginer des alternatives de mitigation pour limiter les effets de la pandémie.

« L'environnement économique actuel doit désormais être considéré comme une donnée majeure dans la formulation de la stratégie de développement des différentes sociétés et non comme le principal prétexte pour en justifier les contre performances », a-t-il insisté.

Dans la même veine, le ministre Kaboré s'est réjoui des dispositions déjà prises au cours des travaux, en vue de rendre les sociétés publiques plus résilientes face à la COVID-19.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.