Tchad: Prisonniers morts en détention - Une ONG dénonce une bavure

Prisonniers

La Convention tchadienne pour les droits humains (CCDDH) a publié, ce dimanche, les conclusions de son enquête sur la mort jugée suspecte en avril dernier de 44 prisonniers, présentés par les autorités comme des membres de Boko Haram, arrêtés au cours des opérations militaires qui ont eu lieu fin mars dans la région du lac Tchad. Ils avaient été retrouvés morts dans leur cellule.

Les autorités avaient évoqué la piste d'un suicide collectif par empoisonnement. Pas convaincue, la CCDDH a mené sa propre enquête.

Elle conclut à une bavure. Selon elle, ces 44 prisonniers sont morts par suffocation, de faim et déshydratés, bref à cause de leurs mauvaises conditions de détention.

Elle conclut aussi que ces prisonniers n'étaient pas des combattants de Boko Haram capturés au cours d'opération militaires.

Nous avons la certitude que ces prisonniers n'ont pas été capturés sur un champ de bataille. Ces gens avaient été arrêtés cinq jours après la fin de l'opération «Colère de Bohoma». Et le porte-parole de l'armée avait donné un bilan officiel. Il avait parlé de 1000 morts, il n'avait pas parlé de prisonniers.

Donc, après cinq jours, il a été demandé aux responsables administratifs locaux de la province du lac de trouver des prisonniers, parce qu'il ne parait concevable qu'une armée qui tue 1000 ennemis ne puisse pas faire de prisonniers. Il faut des prisonniers afin de faire croire que l'armée tchadienne est également capable de préserver la vie des prisonniers.

Alors qu'en réalité, les vrais éléments de Boko Haram pris sur le champ de bataille sont systématiquement exécutés.

Ces gens sont en fait des gens arrêtés sur dénonciation d'un comité d'autodéfense, dévié de sa mission quand le nouveau gouverneur est arrivé, transformé quasiment en une véritable agence de renseignements qui a outrepassé ses prérogatives en désignant des gens au hasard comme étant de Boko Haram.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.