Congo-Kinshasa: Contre la Corruption (2)

Les acteurs politiques et les fonctionnaires publics, avons-nous soutenu dans la précédente chronique, s'affichent à la pointe de la rébellion contre la lutte anti-corruption. Dénoncés, les intéressés se sentent néanmoins désarmés pour réagir, contester, protester. Alors, prenons un joli malin plaisir de les accabler apostrophiquement.

Du 9 au 12 septembre 2019, le ministère du Budget a supervisé à Kinshasa le 3ème atelier de «Validation des rapports des opérateurs de paie». Ces gestionnaires étaient venus aussi bien de Kinshasa que des provinces. Le rapport a conclu que sur 85% de fonctionnaires bancarisés à ce jour, environ dix mille sont des fantômes. Et donc éligibles à l'assainissement. Soit une économie de plus de 6 millions USD par an au profit du Trésor.

Attention ! Pas de quoi pavoiser. Car la lancinante question est ailleurs : d'où proviennent ces fantômes ? Se sont-ils créés ex nihilo pour pirater le fichier informatique et, ensuite, inviter les contrôleurs de la paie à les assainir ?

Méfions-nous des fonctionnaires corrompus, très rusés dans leur art : ils savent comment sucer intelligemment les six mamelles du Trésor sous prétexte d'organiser des contrôles prétendant traquer des salariés fictifs.

Retenons que les géniteurs des fantômes ressemblent - ô ironie ! - aux cadres supérieurs des ministères tels que Finances, Budget, Éducation, Fonction publique, Santé publique, etc. Une fois l'esprit de fantôme semé ou injecté dans l'ordinateur à Kinshasa, ces hauts cadres initient des «missions de contrôle» en provinces. Et ils vont cueillir - ah, la cueillette ! - des malles de salaires «non réclamés» par de faux fictifs.

Un père responsable renie-t-il sa paternité parce que le bébé est un monstre, au point de le surnommer «fantôme, fictif» ? Aux politiciens et fonctionnaires véreux de répondre.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.