Congo-Kinshasa: L'inaccessible rêve d'un « pays plus beau qu'avant »

Dans leurs discours du 30 juin 1960, les pères fondateurs de la République ont promis aux 13,8 millions d' «indigènes» de leur construire, sur les décombres du Congo belge, «un pays plus beau qu'avant» l'indépendance. Demain, 30 juin 2020, la RD Congo commémore son 60ème anniversaire dans le confinement dû au Covid-19. Ceci n'empêche pas de s'interroger si le rêve de Lumumba, Kasa-Vubu, Bolikango, ... n'a été qu'une vaste escroquerie entretenue jusqu'à ce jour.

Un peu d'histoire. Le colonisateur belge a légué aux dirigeants congolais un système de santé envié sur le continent. La moitié de la population passait annuellement une visite médicale gratuite, suivie de soins gratuits.J'hésite à comparer ce système à celui de 2020, que désertent les politiciens pour se faire opérer de la prostate en Inde ou en Afrique du Sud.

Encore une comparaison. En 1960, le Congo n'avait que deux universités pour 763 étudiants mais seulement ... 16 diplômés. Certes, ce handicap explique les carences connues dans l'administration du jeune État. Mais, en 2020, nous avons deux centaines d'universités et d'instituts supérieurs non cotés dans les palmarès de «200 Meilleures universités mondiales ou africaines».

N'ayons pas honte de consulter les archives. Elles soutiennent la réflexion et orientent l'action. Ceci dit, les statistiques renseignent que le PIB par habitant était de 90 dollars en 1959, le plus élevé d'Afrique. Sur le sujet, une étude du FMI révèle que, pour rattraper le niveau de vie de 1959, à raison d'une croissance de 5% par an, le peuple congolais doit attendre l'année 2075. Soit 115 ans après l'indépendance !

Serions-nous fiers, Congolais, d'entonner demain, 30 juin 2020, l'emblématique «Debout, Congolais, ... Nous bâtirons un pays plus beau qu'avant» ? Ce rêve des pères de l'indépendance est-il irrémédiablement inaccessible ?

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.