Congo-Kinshasa: Intérêts égoïstes

La demande de la présidente de l'Assemblée nationale qui a adressé une correspondance au Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, dans laquelle elle sollicite une augmentation de 1,9 million de francs congolais, soit 2 000$ des émoluments, a suscité une levée de boucliers. Pour autant que cette demande contraste avec la réalité du moment où le pays fait face à la crise de Covid-19, laquelle a totalement laminé les minces sources de l'économie congolaise déjà à l'agonie.

Cette crise, rappelons-le, plonge le monde entier dans une récession économique sans précédent. C'est le moment que choisit la représentation nationale pour solliciter l'augmentation des émoluments qui a déjà rencontré l'assentiment du Premier ministre qui a enjoint son ministre du Budget de traiter le dossier en toute urgence.

Fait étonnant ! Alors que tout le monde plaide pour la réduction du train de vie des institutions, les députés congolais, eux, exigent des plantureux émoluments, au détriment de toutes les autres catégories socioprofessionnelles.

Et dire que c'est un député national qui a révélé que la boulimie leur a été communiquée par leurs homologues de la Chambre haute du Parlement qui auraient bénéficié d'une augmentation de leurs émoluments le mois dernier.D'où la question de la base : pour qui travaillent ces élus ?

La vérité est que ces députés et sénateurs travaillent pour eux-mêmes, pour leurs intérêts égoïstes et partisans. Sinon comment comprendre qu'en cette période de Covid-19 qui impose beaucoup de restrictions à l'ensemble de la communauté nationale, ces élus, du reste autorité budgétaire, se permettent de réclamer les augmentations des émoluments ? Mais où est la solidarité nationale prônée par le chef de l'État ? Où est ce sentiment partagé et cette fierté d'appartenir à la nation congolaise ?

Les élus du peuple devront travailler pour les intérêts de la communauté à la place d'avoir constamment un regard rivé sur leurs intérêts égoïstes et partisans.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.