Gabon: USTM /FRANCEVILLE - Les étudiants contestent la dépénalisation de l'homosexualité

La question de la dépénalisation de l'homosexualité divise au Gabon. Les étudiants de l'Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) ont manifesté leur mécontentement quant au vote de cette loi par les députés à l'Assemblée nationale. Une colère qui s'est exprimée pour attirer l'attention des autorités quant à ce qu'ils estiment être la violation des us et coutumes du pays.

C'est une foule en colère. Le vote de la dépénalisation de l'homosexualité par plus élus du peuple gabonais a mis une grande partie du peuple hors de lui. Vêtus de leurs blouses blanches, les étudiants de l'Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) ont montré aux yeux du monde qu'ils s'opposaient à ce vote qu'ils qualifient « d'inique » et qui ne cadre pas aux valeurs édictées par la Loi fondamentale et les Saintes écritures. « Où allons-nous avec tout ça ? Où veulent-ils nous conduire avec ces cochonneries ? Que nous veulent-ils ? » s'exclame et s'interroge un étudiant en colère.

Beaucoup d'entre eux contestent cette loi qui pour eux, éloigne les Gabonais des vraies réalités du moment. « Nous avons de réels problèmes qu'il faut résoudre. Les Gabonais n'ont pas encore fini avec le stresse de la pandémie du Covid-19 et voilà qu'on vienne nous imposer des conneries. Il faut que nos dirigeants continuent de nous prendre pour des moutons de Panurge. C'est quoi cette merde or nous avons de sérieux problème de santé publique, de formation, des infrastructures routières... Il faut qu'ils pensent à trouver des vraies solutions aux véritables problèmes d'intérêt général pour les populations » gronde un d'entre eux.

Les étudiants en rogne, brandissent des pancartes. Les pancartes sur lesquelles l'on peut lire « Les étudiants de l'USTM disent non à la dépénalisation de l'homosexualité ». La colère est partout presque la même. Quel est l'intérêt pour le gouvernement d'initier un tel projet, se demandent les Gabonais lambda.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.