Sénégal: Gorée «réécrit» sa mémoire, face au racisme contre les noirs - La Place de l'Europe rebaptisée «Place de la Liberté et de la Dignité humaine»

Ile de Gorée, Dakar,

Alors que Saint-Louis attend la suite à réserver à sa revendication de déboulonnement de la statue du général Faidherbe et Dakar-Plateau la «Gande commission» de réflexion annoncée par son ministre-maire, Alioune Ndoye, pour renommer ses rues et espaces rappelant la colonisation française, l'Ile de Gorée, renvoyant à la traite négrière, est passée à l'acte.

Ainsi, face à la vague de contestations anti-racisme qui gagne le monde entier, depuis la mort de George Floyd, la «Place de l'Europe» de cette commune insulaire a été rebaptisée «Place de la liberté et de la dignité humaine».

«Place de la liberté et de la dignité humaine», c'est désormais le nom de la «Place de l'Europe» de l'IIe de Gorée.

Le Conseil municipal de Gorée en a décidé ainsi, «face à la vague de violence raciale dont la communauté noire et afro-descendante est régulièrement victime», informe un communiqué publié sur le site goreenews, visité par l'APS, à l'issue d'une réunion tenue samedi, à la mairie de Gorée.

«Le Conseil municipal de l'île de Gorée a adopté à l'unanimité le projet de délibération portant changement de dénomination de la Place de l'Europe qui devient la nouvelle Place de la Liberté et de la dignité humaine».

Selon le Conseil municipal, «cette mesure fait partie des actions importantes décidées par la municipalité de Gorée, site remarquable de la mémoire de la Traite et de l'esclavage des Noirs pendant 4 siècles et classé à ce titre Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 1978 en réponse à la persistance des actes de racisme et de violence dans le monde».

En effet, la municipalité de Gorée, «face à la vague de violence raciale dont la communauté noire et afro-descendante est régulièrement victime (dont la dernière en date a coûté la vie à George Floyd (... ), la communauté de l'île mémoire veut être à l'avant-garde du combat pour l'éradication totale et définitive de toutes les formes de racisme, particulièrement celles dirigées contre les personnes de Race noire (... .)», soulignent les élus de Gorée dans le texte publié sur le site goreenews.

Pour le Conseil municipal, cette action s'inscrit «dans une logique de mise en cohérence du Parcours de visite mémorielle de Gorée dans lequel le Pèlerinage à la Maison des Esclaves, sanctuaire de la traite transatlantique et la visite de la Place de la Liberté seront les étapes les plus importantes». «C'est ainsi qu'il a été adopté le principe du déplacement de la Statue de la Libération de l'esclavage située à côté de la Maison des Esclaves vers la nouvelle Place de la Liberté», explique l'instance.

L'inauguration de la «Place de l'Europe» rénovée, sur l'Ile de Gorée, symbole de la traite négrière au large de Dakar, avait suscité en 2018 une levée de boucliers d'associations, qui réclamaient qu'elle soit rebaptisée. Cette place a été inaugurée une première fois en 2003. Et ces derniers temps, la vague de manifestations gagent le monde, en hommage à George Floyd et à toutes les victimes de crimes raciaux contre les personnes noires ou afro-descentes.

D'ailleurs, au Sénégal, après une première tenue il y a quelques jours, des manifestations seront organisées, avec le concours d'artistes Sénégalais de renom en marge de la cérémonie d'inauguration de ladite place. Et la source de relever qu'un comité scientifique comprenant outre des membres du Conseil municipal, des intellectuels artistes et représentants de l'autorité étatique, des partenaires et personnes ressources «a été mis en place en vue d'élaborer dans les meilleurs délais le document conceptuel et d'orientation de cet important projet».

Le Conseil municipal a remercié le chef de l'État, Macky Sall, «pour son soutien à cette initiative de la collectivité territoriale insulaire» et la représentation de l'Union européenne au Sénégal pour «sa disponibilité constante à assister la commune de Gorée de sa volonté de promouvoir la Liberté et de l'égalité».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.