Congo-Brazzaville: Déconfinement - Les vendeurs de produits agricoles sur la route nationale I soulagés

L'activité commerciale a repris le long de la route nationale n°1 à la faveur du deuxième palier du déconfinement consécutif à la pandémie du coronavirus (Covid-19). Les populations des localités riveraines de la voie sont contentes d'écouler leurs produits grâce à la reprise du trafic interdépartemental.

Après le confinement, le beau temps pour les vendeurs basés le long de la nationale n°1 reliant Brazzaville à Pointe-Noire. A l'arrivée d'un moyen de transport, à certains points de vente, ils accourent pour convaincre les passagers à se procurer tel ou tel produit agricole. « La deuxième phase de déconfinement est un soulagement. Nous avons passé près de deux mois sans vendre ; les aliments se sont abimés à la maison. Des pertes que nous allons tenter de combler avec la reprise du trafic », explique Aline Bouesso, vendeuse d'oranges, ignames et pastèques à Mindouli dans le département du Pool.

A Bouansa, dans la Bouenza, la réalité est la même. Des élèves se sont lancés dans le commerce en cette période de vacances. « Je suis élève en classe de 4ème. En compagnie de mes parents, je vends des produits agricoles pour subvenir à mes besoins et préparer la prochaine rentrée scolaire », confie Mpika-Mouele, élève au collège.

Il le fallait...

Le long de la route, les vendeurs écoulent leurs produits au rythme des transports interdépartementaux et ce, à des points de vente précis selon les villages. L'on peut donc comprendre à quel point, représente le déconfinement pour eux. C'est d'ailleurs pour sauver les secteurs formels et informels lourdement précarisés par la pandémie de Covid-19 que le gouvernement a pris des mesures d'allègement à travers la deuxième phase de déconfinement.

Selon Aline Bouesso, une autre vendeuse à Mindouli, certains vendeurs exposés leurs produits le long de la voie pendant la période de confinement. Mais, les acheteurs n'étaient pas nombreux à cause des mesures de restriction du trafic routier consécutives à la lutte contre la propagation de Covid-19. Tout le monde ou presque attendait le déconfinement dans l'espoir de mieux vendre.

Ils sont sur la route toute l'année

L'on a remarqué que certaines vendeurs font écouler les fruits (banane, orange, mangue, citron, canne à sucre, patate, etc.) et autres produits en fonction des saisons. Ils ne sont pas figés. D'où leur présence permanente sur la voie toute l'année.

Les comportements ont changé

Avec les mesures barrières édictées par le gouvernement pour éviter la propagation de la Covid-19, il est désormais question de porter son masque, d'installer les dispositifs de lavage régulier de mains. C'est au niveau des points d'entrée des villages que ces dispositifs sont placés. « Nous nous lavons régulièrement les mains. Nous apprenons à convaincre les clients bouche couverte de masque. Et si la voix n'est pas audible, c'est la communication gestuelle qui prend le relais », indique Daniel Mafoumbi, vendeur d'huile de palme.

Il est vrai que l'activité commerciale a repris sur la route nationale mais visiblement elle n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Car, avant la Covid-19, les vendeurs réalisaient de bonnes recettes par rapport à celles de la période actuelle.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.