Sénégal: Les autorités doivent obliger les promoteurs à utiliser l'Arène nationale

Dakar — Gaston Mbengue, qui ambitionne de signer son retour dans l'arène, a invité les autorités à obliger les promoteurs à organiser leurs combats programmés à Dakar à l'Arène nationale située en banlieue.

"Quand même, c'est incompréhensible, comment peut-on se battre pour l'érection d'une infrastructure dédiée à la lutte et refuser d'y tenir les combats de lutte", s'est-il interrogé.

Pour lui, "c'est à l'Etat de pousser les promoteurs à y aller".

"Les gens avancent des prétextes qui ne se tiennent pas la route, on doit y organiser les combats de lutte", a dit Gaston Mbengue qui veut signer son retour dans la lutte en organisant huit à 10 affiches au sein de l'arène nationale.

"C'est une belle infrastructure, très fonctionnelle et moderne et qui peut abriter toutes les affiches possibles et imaginables", a-t-il par ailleurs ajouté.

Erigée grâce à la coopération chinoise, l'arène nationale ne fait pas l'unanimité au niveau des promoteurs de lutte qui préfèrent encore délocaliser leurs manifestations.

Quand certains évoquent la petite capacité de l'infrastructure sportive qui peut abriter 20.000 personnes, d'autres parlent des difficultés à assurer les spectateurs faisant le déplacement.

Elle a été inaugurée le 22 juillet 2018 par les présidents Macky Sall et Xi Jinping de la Chine.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.