Congo-Kinshasa: Soixante ans après l'indépendance, pour les femmes il reste du chemin

Pixabay
Carte de la RDC

Soixante ans après l'indépendance, quelle place pour les femmes en République démocratique Congo ? Lorsque le Congo devient indépendant en 1960, une seule femme a intégré l'école secondaire, Sophie Kanza. Elle deviendra la première femme ministre. Si officiellement la parité est consacrée par la Constitution, depuis 2006, il reste du chemin à parcourir. Témoignages.

Même si l'on trouve aujourd'hui plus de femmes dans les plus hautes sphères de responsabilité, à peine plus de 65% d'entre elles sont alphabétisées en RDC, selon le PNUD.

Pour Eunice Etaka, militante de la Lucha, la lutte pour l'indépendance des femmes n'est pas terminée, même si du chemin a été parcouru en soixante ans.

Les femmes sont aujourd'hui beaucoup moins tributaires des choix de leurs familles ou de leurs maris. « Il y a, aujourd'hui, des avocates, il y a des femmes médecins, il y a de grands professeurs d'universités femmes, explique t-elle à Sonia Rolley, du service Afrique de RFI. Ce qui n'était pas le cas auparavant. Quelque chose a changé (mais) cela n'a pas été donné comme un cadeau ou un gâteau. Et cela a été le fruit d'une lutte commencée par nos arrière-grands-mères et qui continue jusqu'à ce jour ».

Pour Eunice Etaka, comme pour Gloria Sengha, coordinatrice d'un autre mouvement citoyen Vici-RDC, il faut faire plus encore pour l'éducation et le renforcement des capacités professionnelles des femmes quand à peine plus d'un tiers suivent des études secondaires. « Les textes légaux ne suffisent pas. Il faut également signaler, par exemple, l'analphabétisme dans la majorité de femmes et de filles, surtout celles qui se trouvent à l'intérieur du pays. Cela contribue également au ralentissement du développement du leadership féminin... »

Soixante ans après l'indépendance, les femmes ne sont que 17% au gouvernement et 10% à peine à l'Assemblée nationale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.