Madagascar: Lutte contre le Coronavirus - Les Forces de l'ordre, acteurs déterminants

Plusieurs chauffeurs et receveurs de "taxis-be" ont été placés en garde à vue hier.

Il faut reconnaître en effet que dans la capitale, la tendance au « gaboraraka » et au non-respect des mesures commence à gagner du terrain.

60 nouveaux cas de Coronavirus ont été annoncés hier par le Professeur Vololotiana Hanta Marie Danielle. 49 d'entre eux sont localisés à Antananarivo et 11 à Moramanga. Désormais, c'est la capitale qui est considérée comme le nouveau foyer de cette pandémie. D'où la décision du régime de renforcer l'application des mesures à Antananarivo. Depuis hier, les Forces de l'ordre lancent une véritable opération coup de poing contre le non-respect des gestes-barrière et le refus de port de masque.

Fini donc le temps de la sensibilisation et de l'éducation. Face à l'augmentation incessante du nombre des cas-contact, les Forces de l'ordre décident d'appliquer les sanctions. Une centaine d'individus, généralement des chauffeurs et receveurs de "taxis-be", ont été placés en garde à vue et plusieurs véhicules mis en fourrière pour non-respect des gestes-barrière et du nombre indiqué de voyageurs pour les transports en commun, défaut de gel désinfectant, passagers démunis de masque, transport clandestin, refus d'obtempérer et violation des mesures sanitaires durant la journée d'hier. Les Tananariviens ont salué cette initiative des gendarmes et des policiers.

Déploiement massif. En effet, bon nombre d'observateurs affirment que la prise de responsabilité des Forces de l'ordre sera la clé de la réussite dans ce combat contre le Covid-19. Mis à part les agents de santé, les militaires, gendarmes et policiers sont aussi des acteurs déterminants car les Malgaches ont toujours eu tendance à ignorer les consignes et à passer outre la discipline. Faut-il rappeler qu'au début de cette lutte, c'est par le respect strict de la discipline que la région Haute Matsiatra a réussi à s'en sortir rapidement.

Le déploiement massif d'éléments des Forces de l'ordre dans tous les quartiers était aussi déterminant pour Toamasina et la région Atsinanana. Malgré les critiques et les contestations émanant de la population locale, qui ont même généré des affrontements et des manifestations de rue au début de l'opération, la Ville du Grand Port est désormais en bonne voie pour réussir son combat, grâce à cette initiative. Et ce, contrairement à Antananarivo où le nombre des cas-contact augmente chaque jour, depuis quelques semaines.

« Gaboraraka ». Il faut reconnaître en effet que dans la capitale, la tendance au « gaboraraka » et au non-respect des mesures commence à gagner du terrain. Plusieurs quartiers sont désormais touchés par le Covid-19. On a aussi constaté que les Forces de l'ordre étaient absentes sur le terrain pendant une certaine période. Aucun contrôle n'a été effectué dans les quartiers et les ruelles. Plusieurs bars ont ouvert leurs portes jusqu'à tard dans la nuit. En outre, les tendances au laisser-aller ont occupé les marchés, mais aussi le secteur du transport en commun. La prise de responsabilité des Forces de l'ordre est donc déterminante pour que la Région Analamanga puisse réussir son combat contre le Coronavirus. Reste à savoir si la présence sur le terrain constatée depuis hier et l'application des mesures de sanction vont se poursuivre pendant cette nouvelle quinzaine de l'Etat d'urgence sanitaire.

« Autodéfense ». De leur côté, les Tananariviens devraient aussi être conscients des risques élevés de contamination au Covid-19. Si l'on se réfère à la déclaration, dimanche dernier, du Premier ministre Ntsay Christian, le régime a choisi de favoriser la politique de « l'auto-évaluation » et « l'autodéfense ». Chacun doit être responsable de sa propre santé, ainsi que celle de sa famille. Il est vrai d'ailleurs que mettre un masque de protection sur son visage et respecter les gestes-barrière ne relèvent pas de la responsabilité des autorités étatiques. A l'allure où vont les choses, les infrastructures sanitaires et le personnel de santé à Tana ne vont plus être suffisants pour prendre en charge les personnes atteintes du Coronavirus. Bon nombre d'observateurs estiment que pour combattre cette pandémie, le renforcement des sanctions est primordial.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.