Ile Maurice: Quarantaine - La famille de Roupesh Hematlal à l'hôtel Ambre, lui a l'hôtel Veranda...

On se demandait ce qu'il était advenu de lui après qu'il a été libéré sous caution, hier, lundi 29 juin. Finalement, on apprend que le milliardaire Roupesh Hematlal, qui s'était enfui de l'hôtel Ambre pour aller rejoindre sa femme et ses enfants, passera le reste de son temps d'isolement à l'hôtel Veranda, à Grand-Baie, également converti en centre de quarantaine. Alors que sa famille est en quarantaine à l'hôtel Ambre, pour faciliter le «contact tracing», dit-on.

L'homme d'affaires indien, né à Madagascar, qui détient également la nationalité mauricienne, a été testé négatif au Covid-19 jusqu'ici. Il a dû payer une caution de Rs 75 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 300 000.

Il s'agit de la première personne à être accusée de «breach of Quarantine Act», depuis que celle-ci est en place, dans le sillage du Covid-19.

Roupesh Hematlal avait quitté l'hôtel Ambre dans la soirée du 21 juin alors qu'il était en quarantaine, après un séjour à Madagascar. Il a trompé la vigilance du personnel affecté à cet établissement hôtelier converti en centre de quarantaine, pour aller rejoindre son épouse et ses enfants dans un hôtel voisin autour d'un «dîner gastronomique». Il avait alors été arrêté et placé sous surveillance au centre de détention de Vacoas.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.