Ethiopie: L'assassinat d'un célèbre chanteur oromo provoque des heurts à Addis-Abeba

La musique de Haacaaluu Hundeessa a donné du son et de la voix à la lutte oromo.

La situation est tendue depuis ce mardi matin dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba. Internet est aussi coupé dans plusieurs régions du pays, selon les données de sites de surveillance du trafic. Cela fait suite à l'assassinat, lundi soir, d'un célèbre chanteur militant oromo.

Hachalu Hundessa est mort à l'hôpital dans la nuit. L'image de son corps sous une couverture a très vite circulé sur les réseaux sociaux. Il faut dire que ce jeune homme de 34 ans était une idole, et pas seulement parce qu'il avait un beau sourire et des chansons entraînantes : il était aussi un militant de la cause du peuple oromo et de ses malheurs depuis deux siècles, dans un ensemble éthiopien où il s'estime maltraité.

Mais aux alentours de 21h30 lundi soir, sa voix s'est définitivement tue. On ignore encore les circonstances exactes de son assassinat. Ce qui est sûr, c'est qu'un ou plusieurs tireurs l'ont pris pour cible dans la rue, devant un complexe immobilier récent, dans une banlieue sud d'Addis-Abeba, selon la police.

Heurts dans la capitale

Le Premier ministre Abiy Ahmed, lui-même oromo mais contesté au sein de sa nation d'origine, a aussitôt exprimé son « chagrin » devant la perte de « cette précieuse vie ». Il a ordonné un rapport d'enquête rapide, de même que la procureure générale éthiopienne, Adanech Abebe, qui a juré que « personne n'échapperait à la justice ».

Mardi matin, le corps d'Hachalu Hundessa devait être rapatrié dans son fief d'Ambo, à l'ouest d'Addis-Abeba. Selon un témoignage, de jeunes oromos ont empêché son départ de l'hôpital et exigé des funérailles nationales pour celui qui est vu comme un martyr de la cause patriotique.

Depuis, la situation est particulièrement tendue. En plus de la coupure d'internet, les lignes téléphoniques sont difficilement joignables depuis l'extérieur du pays. Plusieurs ambassades ont fait état d'échauffourées dans plusieurs endroits de la ville, ainsi que dans la région de l'Oromiya.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.