Sénégal: Macky Sall pose son diagnostic sur COVID-19 - Dakar, Diourbel et Thiès, des régions à fort risque

Dans son discours à la nation hier, lundi 29 juin, troisième du genre après ceux du 23 mars et du 11 mai, le chef de l'Etat a indiqué que les régions de Dakar, Diourbel et Thiès demeurent des localités à fort risque et qu' «il convient donc de redoubler de vigilance et d'effort pour arrêter la propagation de la maladie en intensifiant les campagnes de proximité».

Appréciant tout d'abord les chiffres de Covid-19 au Sénégal, le chef de l'Etat dira: «A ce jour, le SAMU a reçu plus de 726 000 appels d'alerte.

Nous avons réalisé plus de 78 338 tests. 24 824 contacts ont été suivis par nos services. Le taux de létalité au Sénégal est de 1,5%, contre une moyenne africaine de 2,5% et de 5,2% au niveau mondial».

Sous ce rapport, «le Sénégal affiche un taux de guérison de 64,8%, contre une moyenne africaine de 48% et mondiale de 50%».

A l'échelle nationale, a-t-il relevé par suite, «les statistiques montrent que les principaux foyers de la pandémie sont essentiellement localisés dans les régions de Dakar, Diourbel et Thiès, qui concentrent 92% des cas de contamination».

Poursuivant son discours, le chef de l'Etat dira que «le département de Dakar à lui seul totalise 54% des cas recensés sur l'ensemble du territoire national».

Pour autant, dans ces trois régions, «il convient donc de redoubler de vigilance et d'effort pour arrêterla propagation de la maladie en intensifiant les campagnes de proximité», a-t-il invité les concitoyens.

«LA MALADIE EST TOUJOURS LÀ»

S'adressant au corps de santé, Macky Sall dira: «Je tiens, une fois de plus, à exprimer notre gratitude et rendre hommage à notre remarquable corps médical, para médical et aux personnels de soutien, pour leur compétence, leur engagement et leur disponibilité».

En dépit des performances dans la riposte sanitaire, le Président a affirmé : «je dois cependant rappeler, avec insistance, que la lutte contre la pandémie n'est pas encore finie.

La maladie est toujours là et toutes les projections montrent que le virus continuera de circuler durant les mois à venir», prévient le président qui a invité fortement à la responsabilité individuelle et collective.

Quoique les services de santé et tous les autres acteurs mobilisés dans la riposte anti Covid-19 donnent le meilleur d'eux-mêmes, le président a relevé qu'en définitive, «l'issue de notre lutte contre notre ennemi commun dépendra, en grande partie, de nos propres comportements individuels et collectifs».

Dans la foulée, il dira qu'il nous faut, par conséquent, «redoubler d'efforts dans les attitudes qui empêchent la propagation du virus à savoir se laver fréquemment les mains, respecter la distanciation physique, éviter les rassemblements, non nécessaires, limiter les déplacements et porter correctement le masque».

PORT OBLIGATOIRE DE MASQUE DANS LES ESPACES PUBLICS

Notant par ailleurs que le port du masque réduit considérablement la circulation du virus, Macky Sall a affirmé qu' «il est obligatoire dans tous les espaces publics, les lieux de travail, publics et privés, les transports et les commerces».

Et de poursuivre que, dans ce front uni qui est mené contre ce terrible fléau, « le port du masque est à la fois une mesure de protection de soi-même et de son prochain ; mais aussi un acte de civisme et un engagement patriotique vis-à-vis de la Nation».

Convaincu par conséquent que le respect des gestes barrières peut efficacement lutter contre la pandémie, il dira: «J'appelle, par conséquent, à une mobilisation de toutes et de tous, pour le respect des gestes barrières et le port systématique et correct du masque».

Avant d'ajouter : «J'invite instamment les élus locaux, les partenaires sociaux, le secteur privé, les guides religieux et coutumiers, la société civile et les mouvements citoyens à poursuivre leur action d'alerte, de veille et de sensibilisation dans nos villes, nos villages, nos quartiers et nos communautés».

PROTECTION DES PERSONNES ÂGÉES ET REFUS DE LA STIGMATISATION

Aux personnes âgées, le président dira dans son adresse: «Veillons particulièrement aux personnes âgées et à celles souffrant de certaines pathologies, parce qu'elles sont les plus vulnérables aux formes sévères de la maladie ». Qui plus est, il a fortement condamné « à ne pas stigmatiser les malades de la Covid-19».

«Un malade mérite compassion, pas la stigmatisation», a dit le chef de l'Etat. Pour lui: «Stigmatiser un malade, c'est ajouter de la souffrance à la souffrance ; c'est faire offense aux valeurs socioculturelles et religieuses qui nous enseignent de traiter les autres comme nous voudrions être traités ; et de ne pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas qu'on nous fasse»

RENFORCEMENT DU PERSONNEL DE SANTE : 500 médecins et 1000 agents professionnels à recruter entre 2020-2021

Sur la composante santé, le chef de l'Etat a annoncé sur la séquence 2020-2021, que «l'Etat recrutera 500 médecins et 1000 agents professionnels de la santé, notamment infirmiers et infirmières, sages-femmes, ainsi que des personnels de soutien».

S'agissant des médecins, «la priorité sera accordée aux districts éloignés et aux spécialistes», précise le président.

En outre, a-t-il relevé, «le Gouvernement mettra en place, sur la période 2020-2024, une ambitieuse stratégie de modernisation du secteur de la santé et de l'action sociale, à travers le Plan d'investissement pour un système de santé et d'action sociale résilient et pérenne, dont une composante dédiée à la télésanté. Ce Plan sera adopté prochainement lors d'un Conseil présidentiel».

Pour ce qui est de la stratégique de lutte contre la pandémie, Macky Sall dira: «Le Programme nous a permis de dérouler sans tarder notre stratégie de riposte à la pandémie, par l'achat massif d'équipements et de produits médicaux, le relèvement substantiel du plateau sanitaire existant, l'aménagement et l'équipement de nouvelles structures de traitement des épidémies, soit 33 Centres répartis à travers le pays, et la prise en charge des malades et des personnes confinées»

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.