Sénégal: Levée de l'état d'urgence - Macky officialise le retrait de l'état du dispositif de lutte contre la COVID-19

En confinement depuis la semaine dernière, le président de la République, Macky Sall, s'est adressé encore hier, lundi 29 juin, aux Sénégalais dans un discours à la nation radio-télévisé par visioconférence.

Lors de cette adresse, le Président Sall, bien que soulignant que la maladie liée à la Covid-19 est toujours là et que toutes les projections montrent que le virus continuera de circuler durant les mois à venir au Sénégal, a annoncé la levée de la mesure d'état d'urgence assortie du couvre-feu, à partir d'aujourd'hui à 23 heures.

Décrété le 23 mars dernier par le président de la République, lors de son adresse à la nation, dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus pour douze jours avant d'être prolongé pour trois mois par l'Assemblée nationale dans le cadre de la loi d'habilitation, l'état d'urgence assorti du couvre-feu prend fin aujourd'hui, mardi 30 juin, à partir de 23 heures.

Le président de la République l'a annoncé hier, lundi 29 juin, lors de son discours à la nation. «J'ai décidé de lever l'état d'urgence et le couvre-feu, y afférant à compter de demain, 30 juin 2020 à 23 heures», a déclaré le président Sall qui a justifié sa décision par une double nécessité vitale de continuer à «lutter pour préserver nos vies et notre santé, et reprendre toutes nos activités productives pour remettre pleinement notre économie en marche» dans ce contexte de la propagation de la pandémie au Sénégal.

Poursuivant son propos, le chef de l'Etat a ainsi annoncé dans ce sens le rétablissement dans la séquence normale de 8 heures à 17 heures, avec la pause habituelle de 13 heures 30 à 14 heures 30, de l'horaire de bureau qui était aménagé pour l'Administration de 9 heures à 16 heures depuis l'allègement de l'état d'urgence en mai.

Ainsi que la ré ouverture des frontières aériennes qui se fera, selon lui, «à partir du 15 juillet prochain ; et les vols internationaux reprendront ainsi selon un protocole sanitaire défini». Par ailleurs, jugeant élevé le risque de propagation du virus, le chef de l'Etat a annoncé que les frontières terrestres et maritimes resteront «fermées jusqu'à nouvel ordre» de même que «les lieux accueillant des activités de loisirs à huis clos».

Toutefois, il faut dire que cette décision de levée de l'état d'urgence assorti du couvre-feu annoncée hier, ne manquera certainement pas de soulever une nouvelle controverse au sujet de la stratégie de gestion de cette pandémie du gouvernement actuel.

En effet, comme lors de l'annonce des premières mesures d'assouplissement des restrictions prises dans le cadre de la lutte contre cette pandémie de la Covid-19 le 11 mai dernier, ces nouvelles mesures interviennent dans un contexte marqué par la montée de la courbe de la contagion et celle des décès liés au virus de la Covid-19.

D'ailleurs dans son discours d'hier, le président lui-même n'a pas manqué de le souligner en déclarant que «la maladie est toujours là et toutes les projections montrent que le virus continuera de circuler durant les mois à venir». : «Quand je m'adressais à vous le 23 mars dernier pour proclamer l'état d'urgence, le monde comptait plus de 340 000 personnes affectées par la pandémie Covid-19, dont plus de 15 000 décédées. Notre pays en était à un total de 79 malades, 8 guéris, zéro décès et 71 patients sous traitement», a-t-il rappelé.

Avant d'ajouter dans la foulée : «À la date d'aujourd'hui, la maladie a atteint plus de 10 100 000 personnes à travers le monde et causé plus de 502 000 décès. Notre pays totalise 6698 personnes testées positives, dont 4341 guéries, 108 décédées et 2248 actuellement sous traitement et un malade évacué».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.