Guinée: Falsification de la Constitution - Me Cheick Sako brise enfin le silence

Suite à la falsification de la nouvelle constitution qui avait été soumise au référendum le 22 mars 2020, l'ancien ministre de la justice garde des sceaux s'est enfin prononcé. Me Cheick Sako a réagi sur ce sujet dimanche 28 juin 2020 sur les ondes de la RFI.

Cette réaction du démissionnaire au poste de garde des sceaux, intervient sept mois depuis qu'il a jeté l'éponge au gouvernement guinéen. Il estime qu'il y a eu dichotomie ou ambivalence entre le texte soumis au peuple et celui qui a été promulgué.

« Il y a ambivalence entre ces deux textes, je rappelle que le projet soumis au référendum le 22 mars qui a été publié au Journal Officiel et qui a été cacheté et paraphé par le ministre de la justice d'ailleurs est différent du second, promulgué le 14 avril.

Le problème est que le second texte ne correspond pas au premier, il y a une vingtaine de dispositions qui ont été soit retouchées soit falsifiées, comme exemple, l'article 13 du projet approuvé par référendum énonce de façon claire le principe de l'indépendance et de l'impartialité des tribunaux et curieusement dans l'article 13 du texte promulgué, cela est supprimé, c'est à dire que l'indépendance et l'impartialité des tribunaux est supprimé...

C'est quand même assez grave, moi je ne fais pas de surenchère, si simplement on est dans une république, il faudrait absolument trouver les auteurs de cette falsification pour qu'ils puissent répondre devant la justice », a indiqué l'ancien bâtonnier du barreau de Montpellier.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.