Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Dr. Joseph Kitaganya s'insurge contre les critères fantaisistes de sélection à la fonction publique

Le tribalisme, le régionalisme, le clientélisme et l'appartenance obligatoire à un parti politique sont, entre autres, devenus le critérium de sélection pour travailler dans un domaine quelconque dans le secteur public en République démocratique du Congo, en général et au Nord-Kivu, en particulier.

Le prof. Dr. Joseph Kitaganya, enseignant à l'université de Goma (UniGom) et directeur général de l'Institut supérieur de commerce de Goma (ISC), s'est insurgé contre cette situation en marge de la Journée mondiale de la fonction publique célébrée le 23 juin 2020.

Pour ce scientifique, ces critères de sélection à la fonction publique promeuvent malheureusement la médiocrité en RDC et au Nord-Kivu.

« Ça risque de décourager les étudiants qui finissent leurs études bonnement, car ils se voient faire face à d'autres exigences pour faire carrière à la fonction publique. Seules la compétence et la bonne moralité devraient caractériser le choix des animateurs dans le secteur public en province du Nord-Kivu et partout au pays et cela dans tous les domaines », estime-t-il.

Appui au secteur public de l'ESU au Nord-Kivu

L'occasion faisant le larron, le prof. Dr. Joseph Kitaganya plaide pour l'amélioration des conditions de paie des enseignants qui œuvrent dans le secteur public en RDC et cela à tous les niveaux.

« De la maternelle jusqu'à l'université, l'enseignement dans les institutions publiques semblent au rabais parce que les personnels de la craie pris en charge par l'État ne sont pas bien rémunérés. On paye les enseignants et d'autres fonctionnaires de l'État avec un taux non conforme au marché. Par exemple en 2012, un professeur d'université publique qui touchait 180.000 francs congolais qui équivalaient à l'époque à 200 dollars américains, aujourd'hui il peut gagner le même montant mais sur le marché c'est moins de 100 dollars américains. C'est déplorable. Que les autorités y réfléchissent », argue Joseph Kitaganya.

Il appelle également l'État congolais à penser à la construction des bâtiments modernes et auditoires des Institutions d'ESU du secteur public au Nord-Kivu.

« En principe ce n'est pas aux parents de contribuer pour la construction des infrastructures devant accueillir les étudiants dans les instituts supérieurs et universités de l'État, les autorités doivent mettre des moyens conséquents pour cela afin que les parents se déchargent de ces dépenses », conclut-il

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.