Congo-Kinshasa: Confidences du chauffeur du Ministre

Il est furieux, mon patron le Ministre des Affaires Stratégiques et Tactiques (à prononcer avec respect... ). Mon patron est furieux, non pas pour ce que l'on redoute, à savoir un déconfinement-défoulement général à Kinshasa face au déferlement accentué du Covid-19 (entre parenthèses, lui aurait souhaité un confinement total, avec couvre-feu assorti). Et pourtant, non ; le Ministre est furieux pour une autre raison, insolite celle-là. Lui appelle ça « trahison » ; trahison de la part d'un être pourtant cher ; d'une loyauté, d'une fidélité, d'un amour jusque- là sans faille. Mais non, elle, l'être cher, a trahi, d'après mon patron de Ministre...

... Elle, l'être cher ? C'est la ... chienne, gardienne de la résidence. Elle est ... enceinte ! Et c'est ça le scandale. Une chienne pourtant si pudique et si réservée; pourtant d'une race rare, d'après son ADN consulté ; pourtant croisement inhabituel des familles canines « chihuahua » et « basenji », c'est-à-dire les toutes premières espèces quadrupèdes à être domestiquéesdans l'histoire animale. Race "classe", cette belle bête ! Elle a été surnommée « sheguée », autrement dit « enfant de rue » : encore bébé, n'est-elle pas venue spontanément gratter au portail de la résidence et réclamer de la pitance , en miaulant et en minaudant comme une chatte, et attirant l'attention sympathique de l'épouse du Ministre ! Depuis lors elle est était devenue la chouchoute du Ministre également.

Mais voilà, Sheguéeest tombée enceinte, on ne sait comment ; et mon patron de Ministre en a eu de l'urticaire. « Trahison, trahison ! », a-t-il juré plusieurs fois. Et son chagrin est plus inconsolable qu'avec la perte d'une vraie moitié...

Le policier gardien de la résidence, responsable désigné de la chienne, et compagnon de veille, en a eu pour son compte, avec une demande d'explication carabinée. Les explications du policier n'ont pas convaincu le Ministre. Selon le policier, avec le confinement de la Gombe, et afin de déstresser la chienne, il avait l'habitude de la promener le long du boulevard déserté. Plus d'une fois, la chienne a été suivie et aurait fait l'objet d'un harcèlement serré de la part du chien du voisin, un bouledogue trapu, athlétique, séducteur. De harcèlement à harcèlement, notre chienne serait tombée sous le charme du sémillant bouledogue. On devine la suite, l'irréparable : choc érotique des corps, partie de plaisir entre deux futaies, entre deux moments de distraction complaisante du policier compagnon de veille...

Mon Ministre ( avec M Majuscule) est donc doublement furieux : d'avoir été trahi par la chienne, passe encore ; mais le chien séducteur appartient, aïe ! à un voisin membre de la sulfureuse coalition-cohabitation politique. Mon patron de Ministre, membre de la mouvance majoritaire dans cette remuante coalition-cohabitation, n'a jamais croisé son voisin-je-t'aime-moi-non-plus dans le quartier. Leur proximité se limitait jusque-là à leur voisinage cadastral...

... Mon patron de Ministre a donc pris quatre décisions graves. Primo , contrôle-test obligatoire du Covid-19 sur la chienne « sheguée » ; secundo, conformément aux traditions chez nous en matière de grossesse non-souhaitée et ... "ramassée", la victime devra être « déposée » d'office auprès de la famille du séducteur enceinteur et inconséquent, pour réparation et prise en charge responsable de la grossesse ; tertio, mise en quarantaine du bouledogue sous régime du Covid-19, toutes affaires cessantes ; quarto, procès en bonne et due forme contre le « parent-propriétaire » du chien-don-juan, pour, selon le Ministre « dégradation du patrimoine domestique vivant appartenant à un haut-Commis de l'Etat, de surcroît Ministre des Affaires Stratégiques et Tactiques »

Le voisin, membre de la fameuse coalition-cohabitation politique a engagé de son côté deux éminents avocats : l'un pour lui, et l'autre pour son chien bouledogue indélicat...

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.