Gabon: Dépénalisation de l'homosexualité - Attention à l'homophobie !

La dépénalisation de l'homosexualité qui fait débat dans la cité, suite à son approbation par des députés pas très " honorables " sur proposition du Premier Ministre, est une nouvelle que l'écrasante communauté hétérosexuelle n'est pas prête à digérer. Cette validation de la pratique homosexuelle par des députés qui a été approuvée par les vénérables Sénateurs dérange au point que nous craignons pour la sécurité des LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres).

Après les députés, les sénateurs ont dit " OUI " à l'homosexualité en terre gabonaise. Cette décision n'est pas sans conséquence. En raison que certains Gabonais promettent d'aller à la chasse aux LBGT depuis que le sujet de la dépénalisation de l'homosexualité est sur la table des parlementaires. La promesse a été quelque peu matérialisée par des agressions verbales lancées contre des compatriotes homosexuels. On a maintes fois entendu ces derniers jours une phrase qui dit, je cite : << C'est untel qui doit être heureux >>

À cette phrase qui a un brin de moquerie, s'ajoute une vidéo devenue virale sur la toile. La vidéo montre un homosexuel (Gay) qui se fait huer par une foule délirante qui le baptise sur le coup " Rihanna ", au carrefour gare routière. Le Gabonais qui est réputé pacifique et tolérant est habité par un sentiment de honte ou de gêne qui bouscule ses idées.

Condamné à rester à la maison conformément aux mesures édictées par les autorités pour mieux gérer la vague de contagion du Coronavirus, certains Gabonais pourraient tout de même braver certains interdits afin de faire entendre leur " Non " à l'homosexualité. Le " Non " de ces Gabonais que certains peuvent considérer comme étant des homophobes, va se confronter au " OUI " des parlementaires. Un " OUI " qui marche sur la tradition, la culture et la religion aux dires de certains. Par respect pour ces trois éléments qui sont des boussoles idéologiques de la vie de l'Homme, beaucoup pourraient manifester leur colère par des méthodes qui ne feraient pas honneurs à un pays dont l'image est déjà ternie à l'internationale par d'autres maux.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.